Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interdit d'exercer par la justice, le Dr Blanchon reçoit le soutien de patients de son cabinet orléanais

-
Par , France Bleu Orléans

Poursuivi pour escroquerie, le Dr Jean-Marc Blanchon a contesté de nouveau devant la justice son interdiction d'exercer. Il a reçu le soutien d'une quarantaine de patients de son cabinet orléanais.

Une quarantaine de patients est venue soutenir le docteur Blanchon qui conteste devant la justice son interdiction d'exercer
Une quarantaine de patients est venue soutenir le docteur Blanchon qui conteste devant la justice son interdiction d'exercer © Radio France - Christophe Dupuy

Le Docteur Jean-Marc Blanchon a reçu du soutien ce mardi 1er décembre. Pas celui de la justice mais celui d'une quarantaine de ses patients, regroupés sur les marches du palais de justice d'Orléans. Installé dans le quartier de l'Argonne, le médecin est soupçonné d'avoir escroqué la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Loiret, en gonflant durant cinq ans artificiellement le nombre de ses consultations, jusqu’à 190 par jour. Il sera jugé en avril prochain mais en attendant son procès, la justice lui interdit d'exercer sa profession. Une mesure qu'il a de nouveau contesté devant la Cour d'appel d'Orléans. 

Le couteau sous la gorge- Dr Blanchon

Le 19 novembre dernier, le tribunal judiciaire d'Orléans avait maintenu l'interdiction d'exercer du Dr Blanchon, l'une des mesures de son contrôle judiciaire. Le tribunal avait suivi les réquisitions de la procureure de la République. Devant la Cour d'appel, l’avocate générale a tenu le même discours, pas question de lever l’interdiction d’exercer de Jean-Marc Blanchon. Pour la magistrate "l’ampleur des sommes détournées mais aussi le risque de recommencer justifient cette mesure". Pour preuve malgré une première garde à vue (en juillet 2019) le médecin a continué à frauder. A la barre, Jean-Marc Blanchon dit avoir aujourd’hui financièrement le "couteau sous la gorge". 800.000 euros de ses biens ont été saisis (voitures de luxe, avion, comptes en banque) et même si il lui reste une maison individuelle dans l’orléanais, une résidence sur la Côte d’Azur et un appartement à Avoriaz, le médecin indique que, sans travail, il ne peut plus faire face. "Je suis dans la panade" précise le médecin au micro de France Bleu Orléans.

Le Dr Blanchon a contesté une nouvelle fois devant la justice son interdiction d 'exercer
Le Dr Blanchon a contesté une nouvelle fois devant la justice son interdiction d 'exercer © Radio France - Christophe Dupuy

Le compromis de la défense

"On parle de moi mais le plus important, c'est que j'ai 6.000 patients sur le carreau, ils n'ont pas l'air de s'en soucier" rajoute Jean-Marc Blanchon. "Mon client est placé sous contrôle judiciaire en pleine crise sanitaire" renchérit son avocat. Pour Me Abitbol, son client "doit retravailler, cela en va de la santé de la Ville d'Orléans". Il propose un compromis à la Cour. Le médecin retrouve son cabinet mais "avec pas plus de 72 consultations par jour comme l’autorise la CPAM". Un compromis que le Dr Blanchon se dit prêt à respecter. "S'ils m'accordent 72 patients et que j'en fais 73, ils me mettent en cabane, _vous croyez que j'ai envie d'aller en cabane?_" explique à la sortie de l'audience le médecin à France Bleu Orléans. 

Décision le 8 décembre

Devant le palais de justice, la quarantaine de patients, venue soutenir le Dr Blanchon, a tenté d’assister à l’audience, interdite au public sauf sur convocation en raison du Covid-19, ils ont été repoussés dans le calme par les forces de l’ordre. La Cour d’appel d’Orléans rendra son arrêt mardi 8 décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess