Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interpellation à Fleury-les-Aubrais : la procureure saisit l'inspection générale de la police nationale

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Orléans, France Bleu

Que s'est-il passé mardi après-midi à la gare de Fleury-les-Aubrais ? Un homme qui refusait de porter un masque à bord du train a sorti un couteau face aux policiers. S'en est suivie une interpellation musclée, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. La procureure annonce qu'elle saisit l'IGPN.

Police Nationale
Police Nationale © Radio France - Emmanuel Bouin

La procureure de la République d'Orléans s'apprête à saisir l'IGPN (inspection générale de la police nationale) ce mercredi, après la diffusion de plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux de policiers en train d'interpeller un homme sur le quai de la gare de Fleury-les-Aubrais, mardi après-midi.

Sur ces images, on aperçoit l'un des policiers en train d'appuyer fortement avec le pied, avec un mouvement de haut en bas, sur le visage d'un homme, tenu au sol par l'autre fonctionnaire de police. 

Selon une source policière, cet homme aurait été interpellé après avoir refusé de porter un masque à bord d'un train. Alors que les deux policiers le sortent du train, sur le quai, il aurait sorti un couteau suisse de sa poche et tenté d'asséner un coup avec sur l'un des deux policiers. Il se serait ensuite "blessé tout seul au bras droit avec son propre couteau".

Blessé, l'homme de 42 ans, de nationalité anglaise, a été transporté à l'hôpital d'Orléans. Contacté, le directeur départemental de la sécurité publique du Loiret ne souhaite pas s'exprimer puisque une enquête de l'IGPN va être ouverte, mais Thierry Guiguet-Doron "apporte son soutien aux deux policiers qui sont intervenus dans des conditions difficiles face à un homme menaçant et armé d'un couteau". 

Le deux fonctionnaires ne sont pas suspendus

"Il y a peut-être un geste un peu trop appuyé de la part d'un collègue, l'enquête de l'IGPN le dira, mais cela se passe en quelques secondes et l'homme avait un comportement bizarre, et il a quand même sorti un couteau. D'ailleurs, un des collègues a dû sortir son arme et le mettre en joue tellement c'était tendu", ajoute un policier orléanais, qui ajoute que "sur les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, on ne voit pas forcément tout ce qui s'est passé de A à Z"

Les deux fonctionnaires, qui reçoivent aussi le soutien du syndicat Alliance, ne sont pas suspendus. Le policier qui appuyé sur la tête de l'individu interpellé est un adjoint de sécurité, jusque-là "bien noté" par sa hiérarchie. L'homme, interpellé mardi vers 15h50, est toujours à l'hôpital ce mercredi et placé sous le régime de la garde  vue

La procureure de la République d'Orléans, Emmanuelle Bochenek-Puren indique, dans un communiqué que "l'individu a refusé de se plier aux injonctions des policiers (...) puis a résisté violemment à son interpellation avant de brandir une arme blanche et de tenter de porter un coup aux fonctionnaires de police intervenants. Interpellé suite à la commission de ces infractions, il a été placé en garde-à-vue des chefs de violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique".

Enquête pour violences volontaires commises par personne dépositaire de l'autorité publique

Et la procureure ajoute : "une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux depuis cette interpellation montre, à l'occasion de cette intervention, des faits susceptibles de constituer le délit de violences volontaires commises par personne dépositaire de l'autorité publique. L'inspection générale de la police nationale, délégation de Rennes, est saisie de ces faits depuis ce jour, dans le cadre d'une enquête conduite sous la direction du procureur de la République près le tribunal judiciaire d'Orléans du chef de violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique"

Dans un communiqué, le préfet du Loiret précise que "l’Inspection générale de la police nationale a été saisie pour mener une enquête administrative, en parallèle de la procédure judiciaire initiée par la procureure de la République. Cette enquête permettra de déterminer s’il y a matière à procéder à des sanctions disciplinaires, indépendamment des suites de la saisine judiciaire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess