Faits divers – Justice

Interpellations en Loire Atlantique après les violences commises lors de la manifestation contre Notre Dame-des-Landes

Par Mikaël Roparz, France Bleu Loire Océan lundi 31 mars 2014 à 11:21 Mis à jour le lundi 31 mars 2014 à 18:15

Journée de violence contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à Nantes le 22 février
Journée de violence contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à Nantes le 22 février © Mikaël Roparz-Radio France

Neuf personnes ont été interpellées par la police lundi matin après les dégradations commises à Nantes le 22 février dernier lors de la manifestation contre le projet d'aéroport.

Parmi ces neuf personnes soupçonnées d'avoir commis des violences contre les forces de l'ordre et des dégradations, "deux ont été remises en liberté, en l'absence de charges suffisantes " explique le parquet de Nantes lundi en fin de journée. "Deux mineurs seront déférés devant le juge des enfants pour des faits de violences sur les forces de l'ordre (jets de bouteille et de pavés) et dégradations du local Vinci" . Par ailleurs, "trois feront demain l'objet d'une comparution immédiate pour des faits de violences contre les forces de l'ordre (jets de projectile) '' précise Brigitte Lamy, procureur de Nantes. "Un fera également l'objet d'une comparution immédiate mais pour des faits de dégradations et de vol (de vêtements )dans les locaux de la TAN ". "Le dernier se verra délivrer une convocation par officier de police judiciaire aux fins de comparaitre ultérieurement devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences contre les forces de l'ordre (jets de pétards) ". 

Le 22 février, la manifestation anti Notre-Dame-des-Landes avait réuni entre 20.000 et 50.000 personnes. "Mille manifestants radicaux prêts pour le combat" s'étaient joints aux marcheurs avait indiqué la préfecture. Ils ont saccagé des commerces et des espaces publics et pris part à des heurts qui ont entraîné huit hospitalisations parmi les forces de l'ordre et une vingtaine côté manifestants. Nantes métropole avait évalué les dégâts à un million d'euros.

Un rassemblement pour protester contre ces arrestations est prévu ce soir à 18h devant la préfecture de Nantes. 

Depuis ces violences, une cellule d'enquête spéciale, avec 30 policiers avait été mise en place pour identifier les casseurs.