Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

INTERVIEW - 20 ans après le début de l'affaire Godard, l'ancien procureur de Saint-Malo s'exprime

EXCLUSIF FRANCE BLEU - Il est celui qui a annoncé la fin des recherches dans l'affaire Godard en septembre 2012. L'ancien procureur de la République de Saint-Malo, Alexandre de Bosschère s'exprime pour la première fois depuis la clôture de l'enquête.

Alexandre de Bosschère est aujourd'hui procureur de la République d'Amiens.
Alexandre de Bosschère est aujourd'hui procureur de la République d'Amiens. © AFP - Denis Charlet

Qu'est-il arrivé au docteur Godard, à sa femme et leurs deux enfants ? Vingt ans après la disparition du médecin et de sa famille, le mystère reste entier. Naufrage ? Suicide ? Meurtre ? Fuite ? Assassinat ? En septembre 2012, le procureur de la République de Saint-Malo Alexandre de Bosschère annonce que le juge d'instruction en charge du dossier rend une ordonnance de non-lieu. L'enquête est clôturée. Pour la première fois depuis cette annonce, il accepte de s'exprimer sur cette affaire.

France Bleu : En 2012 vous disiez qu'il y avait encore beaucoup de zones d'ombres. Pourquoi le juge-a-t-il pris une ordonnance de non-lieu ?

Alexandre de Bosschère : C'est une instruction qui a duré 13 ans et au cours de laquelle il y a eu un investissement considérable. Le juge d'instruction, moi-même et la partie civile, nous avons estimé que tout ce qui avait pu être susceptible d'être engagé avait été fait et qu'il fallait désormais clôturer l'enquête.

FB : Ça veut dire qu'il n'y avait plus de pistes, plus d'éléments qui arrivaient à vous ?

AdB : Ça ne veut pas dire qu'il n'y a plus de zone d'ombre car à ce jour le dossier n'est pas élucidé. Des investigations ont été menées jusque dans les dernières semaines avant la clôture. Tout ce qui nous a été présenté a été exploité, y compris les éléments qui ont pu laisser supposer que la famille avait pu être victime d'un crime. Quand il n'y a plus d'élément concret à vérifier il faut bien constater que l'enquête n'est plus utile avec l'espoir que la clôture du dossier amène des gens à parler à la justice. Jusqu'en 2032 ce dossier restera susceptible d'être rouvert.

FB : A l'époque vous disiez aussi que la seule hypothèse à exclure était celle d'un simple accident. Pouvez-vous nous rappeler les autres ?

AdB : L'enquête a vite permis d'écarter la thèse du naufrage accidentel car il n'y a pas eu de signal de détresse, la mer était très calme et le docteur Godard était un navigateur expérimenté. Il reste l'hypothèse d'un acte suicidaire, celle d'une fuite à l'étranger après le meurtre éventuel de son épouse. La dernière est celle d'un crime commis par un tiers. Un ouvrage l'a mise en avant mais les éléments se sont révélés trop fins.  Aujourd'hui, seule la piste du naufrage accidentel doit être écartée, le reste c'est ce qui fait que ce dossier reste un mystère.

FB : Lorsque l'ordonnance est rendue et que vous faites votre conférence de presse, est-ce que de nouveaux éléments sont transmis ?

AdB : Si des éléments parviennent après la clôture d'une information judiciaire, la justice peut toujours les exploiter. Je suis resté en poste à Saint-Malo jusqu'en 2016, il n'y a pas eu d'éléments transmis susceptibles d'entraîner une réouverture de l'enquête. En revanche, si de nouveaux éléments venaient à être transmis ils pourraient être vérifiés.

FB : Est-ce que, aujourd'hui, avec les progrès scientifiques, l'enquête pourrait être menée autrement ?

AdB : Aujourd'hui, avec l'utilisation d'objets numériques nous retrouvons des traces plus facilement et les déplacements sont plus faciles à tracer. On avait déjà à notre disposition des analyses génétiques et la recherche de traces de paiements bancaires. Il n'y a pas beaucoup d'éléments qui n'ont pas été utilisés. En revanche, l'ancienneté des faits rend de plus en plus compliquée l'utilisation de ces moyens techniques. On a aussi joué de malchance dans ce dossier avec la disparition d'archives bancaires.

Interview d'Alexandre de Bosschère à propos de l'affaire Godard.

L'affaire Godard en chiffres :

  • Plus de 450 personnes entendues
  • 400 réquisitions délivrées
  • 560 scellés
  • 50 commissions d'expert

.

Affaire Godard : les dates-clés du mystère - Visactu
Affaire Godard : les dates-clés du mystère © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu