Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Intoxication alimentaire à la cantine : vingt-trois élèves d'une école primaire à Chenôve transportés à l'hôpital

vendredi 5 octobre 2018 à 17:08 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Peu après le repas de midi à la cantine, une vingtaine d'élèves de l'école En-Saint-Jacques à Chenôve (Côte-d'Or) se sont plaints de maux de tête et de maux de ventre. Ils ont été transportés au CHU et à Valmy, mais l'intoxication semble légère.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Marc Demeure

Chenôve, France

Au menu ce vendredi midi à la cantine de l'école élémentaire En-Saint-Jacques à Chenôve, il y avait de la macédoine de légumes, du poisson, de la purée de céleri, du fromage et un dessert. Mais après avoir avalé leur assiette, 23 élèves sur les 47 qui ont mangé à la cantine ont été pris de vomissements et de maux de tête. 

Les pompiers et le samu qui les ont pris en charge sur place les ont transférés par mesure de précaution au CHU et à Valmy. "Mais a priori rien de grave, c'est plus de peur que de mal", rassure Thierry Falconnet, le maire de Chenôve. On ne sait pas encore précisément d'où vient cette intoxication alimentaire, "mais l'Agence régionale de santé nous a informé qu'une enquête allait être menée et la direction sanitaire départementale nous a contacté également." 

L'école et la commune ont immédiatement enclenché une procédure d'urgence, en prévenant les parents des enfants concernés et en communiquant auprès des enfants et des autres parents "pour éviter qu'une psychose ne se crée".