Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Intrusion d'Action Française : "La variante extrémiste du RN est très présente" dit un spécialiste toulousain

-
Par , France Bleu Occitanie

DECRYPTAGE. Au lendemain de l'intrusion de militants d'extrême droite au Conseil régional d'Occitanie, Séraphin Alava, professeur d'université en sciences de l'éducation à Toulouse et spécialiste de l'extrême droite, décrypte cet événement pour France Bleu Occitanie.

Séraphin Alava, professeur à l'université en sciences de l'éducation et spécialiste de l'extrême droite.
Séraphin Alava, professeur à l'université en sciences de l'éducation et spécialiste de l'extrême droite. © Radio France - Jeanne-Marie Marco

C'est une affaire qui a fait réagir jusqu'au plus haut niveau de l'État. Emmanuel Macron a condamné jeudi 25 mars l'irruption de militants de l'Action Française au Conseil régional d'Occitanie à Toulouse. La présidente de région Carole Delga va porter plainte. Pour France Bleu Occitanie, le spécialiste de l'extrême droite, professeur à l'université de Toulouse et à la chaire UNESCO dédiée à l'extrémisme violent Séraphin Alava analyse cet événement.

Séraphin Alava, il y a eu en janvier l'action anti-migrants de Génération identitaire au col du Portillon, dans les Pyrénées. Peut-on dire que les groupuscules d'extrême droite prennent de plus en plus d'ampleur dans la région ?

En nombre, ils ne prennent pas plus d'ampleur. Mais il ont choisi d'agir et de montrer leur efficacité par des actions symboliques. Ils utilisent les médias, comme d'autres groupes extrémistes, en pensant que leur action va être démultipliée par le jeu médiatique. Il n'y a pas plus de militants. Les idées progressent, on le voit quand on compare le nombre présumé de militants et les tweets suivis sur leurs réseaux sociaux. Autour de 20.000 tweets pour certains propos racistes d'extrême droite, par rapport à une proportion de militants qui reste limitée. 

La région Occitanie serait particulièrement propice à ces mouvements-là ?

Toutes les régions sont propices à ces mouvements-là. Si l'implantation de l'extrême droite est ancienne maintenant dans notre région, on voit bien que l'augmentation des actes antisémites, des attaques contre l'islam, des attaques contre les hommes politiques menacés en permanence, sont en train de progresser. Donc, on peut dire qu'aujourd'hui, la variante extrémiste de mouvements politiques de Rassemblement national devient de plus en plus présente. 

L'Action Française, c'est un des plus anciens groupuscules d'extrême droite en France. Ils disent quoi? Ils veulent quoi concrètement, ces militants ? 

Aujourd'hui, ils ont un peu changé d'idéologie et d'idées. Avant, c'étaient des groupes antisémite et négationnistes. Aujourd'hui, leurs ennemis et leurs ennemis jurés, c'est l'islam politique et l'islamisme. Et donc, ils veulent montrer que nous sommes peu à peu, comme ils disent, envahis et qu'on va assister au grand remplacement des allophones qui vont remplacer les autochtones. Et donc, du coup, ils veulent défendre le passé de leur territoire. 

Et leurs actions à quelques mois des élections régionales, c'est bien choisi ? 

C'est un mouvement qui vient par rapport aux élections régionales, mais aussi c'est un mouvement mondial depuis la présidence Trump, avec la montée des idées complotistes. Europol, dans sa dernière enquête, montre bien que l'on voit aujourd'hui de plus en plus d'actions violentes des groupes d'extrême droite, des groupes nationalistes. Et dans ce mouvement-là, bien sûr, la thématique des élections régionales, une thématique importante, mais aussi le courage du Conseil régional d'avoir voté une politique de prévention du racisme et de l'antisémitisme sont pour ces groupes-là des signaux d'action. 

La présidente socialiste et candidate Carole Delga fait le lien direct entre Action Française et le Rassemblement national. Est-ce qu'elle a raison ? 

Je ne peux pas vous le dire, je ne suis pas spécialiste des idées politiques. Est-ce que Action Française et le Rassemblement national, les groupes et certains membres de ces groupes radicaux ont été dans la mouvance du Front national, ont été associés à des actions du Front national ? Aujourd'hui, ils se disent séparés. Il est bien évident que nous aurons pour les élections régionales une thématique sur la fraternité, sur la laïcité, sur le respect d'autrui qui va être forte et ce sera des enjeux politiques importants. 

Ces actions de militants extrémistes, est ce qu'elles peuvent servir, au Rassemblement national par exemple ?

Ça va servir parce qu'elles développent au moins une thèse : on est chez nous, on est chez nous. Et puisqu'on est chez nous, nous devons nous défendre. Cette thématique de l'invasion, qui est reprise par le Rassemblement national, était importante. Il y a aussi la thématique de la perte d'identité. Qui sommes-nous? On voit bien que dans ces groupes, la question de l'Occitanie et de l'occitan est reprise aujourd'hui par des thèmes d'extrême droite et des thèmes nationalistes. Du coup, la peur de l'autre et la volonté de poser une identité qui est en danger sont des thèmes du Rassemblement national.

Faut-il dissoudre Action Française comme on a dissous Génération identitaire ? 

Moi, je ne suis ni pour ni contre les dissoudre. Si la justice veut le faire, elle peut le faire. Ces groupes-là naissent et renaissent sans cesse, ils ont changé de nom plusieurs fois. Il faut combattre cet élément-là directement dans des actions et des lieux, notamment internet. Il faut en permanence travailler sur le Net

Séraphin Alava, spécialiste de l'extrême droite, invité de France Bleu Occitanie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess