Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INVITÉ - Il faut 40 policiers de plus dans la Loire selon Ghislain Micol, secrétaire départemental UNSA Police

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Après le verdict en appel sur l'affaire des policiers brûlés en 2016 à Viry-Châtillon, les syndicats policiers appellent à se rassembler mardi 20 avril devant les TGI, comme à Saint-Etienne. Une action pour exprimer l'incompréhension, explique Ghislain Micol, secrétaire UNSA Police dans la Loire.

Selon Ghislain Micol, secrétaire dans la Loire du syndicat UNSA Police, 40 policiers de plus sont nécessaires dans le département. Photo d'illustration.
Selon Ghislain Micol, secrétaire dans la Loire du syndicat UNSA Police, 40 policiers de plus sont nécessaires dans le département. Photo d'illustration. © Maxppp - Vincent Voegtlin

Les syndicats policiers sont vent debout après le verdict rendu en appel ce week-end sur l'affaire des policiers brûlés en 2016 à Viry-Châtillon (Essonne). Alliance, Unité SGP Police et UNSA Police appellent à se rassembler ce mardi 20 avril devant les Tribunaux de Grande Instance. Une action symbolique est prévue à 12h30 devant le TGI de Saint-Etienne (Loire) pour faire part de l'incompréhension des policiers explique l'invité de la rédaction de France Bleu Saint-Etienne Loire, Ghislain Micol, secrétaire UNSA Police dans la Loire.

Après six semaines d’audience à huis clos, la cour d’assises des mineurs de Paris a condamné cinq des treize jeunes à des peines allant de six à dix-huit ans de réclusion criminelle et a par ailleurs prononcé huit acquittements. Une peine bien en deçà de la première instance provoquant l'indignation de Ghislain Micol. 

"Notre sentiment pour nous de ce verdict sur l'affaire des policiers brûlés à Viry-Châtillon, c'est le dégoût et l'abandon !"

Pour Ghislain Micol, secrétaire UNSA Police dans la Loire, c'est l'incompréhension après le verdict en appel dans l'affaire des policiers brûlés à Viry-Châtillon.

"Si la vie de plusieurs policiers, ça se résume à ça, c'est incompréhensible. C'est une clémence qui est injustifiable et inaudible pour chacun de mes collègues. Notre sentiment pour nous, c'est le dégoût et l'abandon ! Quand il y a eu cette attaque à Viry-Châtillon contre mes collègues, pour l'ensemble des policiers et je pense même pour certains citoyens, ils ont eu l'impression que la République avait un genou à terre ! Alors on se dit que la justice passera et que la République se relèvera. Quand on voit ce deuxième jugement, on a l'impression qu'elle a posé le deuxième genou au sol". 

Le secrétaire départemental d'UNSA Police a également suivi avec attention les annonces d'Emmanuel Macron en déplacement auprès des forces de l'ordre ce lundi 19 avril à Montpellier. Le chef de l'État  a bien assuré que la promesse de 10.000 effectifs de plus au total de policiers et de gendarmes à la fin de son mandat en 2022 sera tenue assurant que "chaque Français verra plus de bleu sur le terrain". Une déclaration qui doit absolument se confirmer en acte, selon Ghislain Micol. Il réclame absolument plus d'effectifs pour assurer la sécurité dans la Loire.

"On sait qu'il y a un déficit sur certains commissariats : on peut estimer qu'il faut une quarantaine d'effectifs sur la Loire en plus !"

"On l'espère : on sait que notre force passe par les renforts et par les effectifs. Il faut que ces engagements soient tenus, c'est une priorité ! Dans la Loire, avec certaines zones qui ont été placées en quartier reconquête républicaine, on l'espère : les effectifs vont augmenter. Par contre, on sait qu'il y a un déficit sur certains commissariats et qu'il va falloir un certain temps pour le combler. Mais on peut estimer qu'il faut une quarantaine d'effectifs sur la Loire en plus". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess