Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Invité sur France Bleu, le Préfet de la Loire répond à la mortalité routière et à la colère des supporters

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Evence Richard annonce le renouvellement de la plupart des radars du département d'ici à la fin de l'année. En matière de restriction de déplacement des supporters de football, c'est une "question de comportement" de leur part qui pourrait améliorer la situation.

Le Préfet de la Loire Evence Richard.
Le Préfet de la Loire Evence Richard. © Maxppp - Frédéric Chambert

Saint-Étienne, France

Premier invité de la saison radio de France Bleu Saint-Étienne Loire, le Préfet de la Loire s'est exprimé sur la sécurité routière, les renforts de police et les restrictions de déplacements de supporters.

Des radars tourelles avant la fin de l'année quasiment partout

18 morts déjà sur les routes de la Loire quand sur toutes l'année 2018, elles avaient couté la vie à 21 personnes. Spirale dramatique que veut endiguer Evence Richard : "Il faut tout faire pour limiter le plus possible cette hécatombe. _A chaque accident ce sont des vies brisées et des familles bouleversées_. Il nous appartient à tous de limiter cette effroyable bilan en explorant toutes les pistes : l'éducation, la formation, la sensibilisation et les contrôles. Au premier semestre, les forces de l'ordre étaient mobilisées sur des questions d'ordre public et un peu moins présentes sur les bords de routes que les années précédentes".

Aujourd'hui la Loire compte théoriquement 17 radars. Seulement 3 fonctionnent normalement. Les autres ont été endommagés. Evence Richard assure que le parc de radars sera renouvelé dans les mois qui viennent car les radars détruits "ont créé sur certains axes un sentiment d'impunité. D'ici la fin de l'année la plupart des radars endommagés seront remplacés par des radars tourelles qui permettent de flasher dans les deux sens de circulation et de verbaliser la conduite avec téléphone ou le défaut de ceinture. _Le délégué interministériel à la sécurité routière doit venir début octobre dans la Loire._"

Des renforts de police à Saint-Etienne, l'Ondaine attendra

Après un premier semestre chargé, le Préfet assure que les forces de l'ordre retrouveront leur visibilité dissuasive le long des routes : "il faut que nos concitoyens s'habituent à voir plus de képis le long des routes que ce soit en zone gendarmerie ou en zone police". Les policiers qui seront d'ailleurs rapidement plus nombreux à Saint-Etienne "dans les quartiers de reconquête républicaine. Quinze fonctionnaires au 1er septembre. 5 dédiés à la lutte contre les stupéfiants et 10 autre qui vont constituer des brigades chargées de patrouiller dans ces quartiers. Pour l'Ondaine, nous n'avons pas de visibilité sur les effectifs et le calendrier mais la question est prise en compte à Paris."

Pour les déplacements de supporters, c'est "une affaire de comportements"

Le début de saison est compliqué pour les supporters de clubs de Ligue 1, soumis à des restrictions de déplacement. Ceux à Lille et Marseille cette semaine ne devraient pas se faire à pleine capacité. _"C'est avant tout une affaire de comportements" assure le Préfet. "_La réponse n'est pas du coté des autorités préfectorales que ce soit à Saint-Étienne ou dans les stades fréquentés par l'ASSE. La réponse est dans l'attitude des supporters. Les mesures que les Préfets sont amenés à prendre pour limiter les troubles lors des matches ne sont pas prises de manière arbitraire. Quand il n'y a pas de difficulté particulière, il n'y a pas motif à être rigoureux ou contraignant. Certains jours les disponibilités sont moindres car il y a eu de l'ordre public ailleurs ou bien les renforts demandés n'ont pas été donnés ce qui peut nous amener à être un peu plus restrictifs".

Choix de la station

France Bleu