Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Isère : 30 mois de prison requis à l'encontre d'un père de famille pour le syndrome du bébé secoué

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Un Nord-Isérois de 39 ans, père de neuf enfants, était jugé ce lundi par le tribunal de Bourgoin-Jallieu (Isère) pour le syndrome du bébé secoué sur l'un de ses derniers enfants. Les faits remontent à fin 2016.

Les faits évoqués ce lundi devant le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu remontent à fin 2016.
Les faits évoqués ce lundi devant le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu remontent à fin 2016. © Radio France - Céline Loizeau

Bourgoin-Jallieu, France

"Avec cette histoire, ce qui est dur à admettre est que l'on peut être un type bien et faire ça". Voici quelques-uns des mots de l'avocate du prévenu. Un homme de 39 ans, qui à son procès, peut compter sur la présence de la mère de son épouse. Cet ingénieur est décrit, selon les témoignages de ses proches, comme "un bon père, aimant, dévoué, très doux". 

L'homme reconnaît spontanément 

A trois reprises cependant, en novembre et décembre 2016, il aura ce qu'il appelle "des bercements saccadés" à l'encontre de l'un de ses jumeaux, nés prématurément à l'été. 

Mais sa fille aînée, une ado de 15-16 ans à l'époque, évoque des gestes énergiques, de haut en bas. Un père qui secoue assez fort et donne des fessés à ce petit frère qui pleure beaucoup. Elle en parle à sa mère, mais ne sera pas prise au sérieux. 

Le deuxième de la fratrie lui relate un autre épisode, un mois après : des cris qui lui semblent bizarres et son père qui lui demande alors de retourner dans sa chambre. A chaque fois, la maman n'est pas là.

Le 28 décembre 2016, alors que l'enfant doit être hospitalisé pour un souci respiratoire, les médecins constatent alors que quelque chose ne va pas. Après examen, aucune doute, ils sont face au syndrome du bébé secoué. 

L'homme reconnaît tout de suite, et l'explique par des soucis professionnels qui traînent et l'arrivée des jumeaux. L'un d'eux dort très peu. Un "sur-épuisement", affirme-t-il et de répéter souvent "je ne voulais pas faire de mal à mon fils, je l'aime."

30 mois de prison requis, décision le 6 juin

Le tribunal ne saura jamais pourquoi se sentent isolé, éreinté, il n'a pas demandé de l'aide à son épouse, ses amis, à la paroisse "Ses deux aînés, eux, avaient vu qu'il y avait un souci" selon la procureure et elle souligne qu'il avait eu plusieurs alertes pour réagir. Pour Dietlind Baudoin, l'homme "minimise" alors que "les faits sont réitérés et violents"

Elle requiert à son encontre 30 mois de prison avec sursis mise à l'épreuve d'une durée de trois ans. "Un quantum totalement démesuré", "ça peut arriver à n'importe qui, vu l'état dans lequel il était" estime pour sa part Me Botella, qui défend le père de famille.

Aujourd'hui, le petit garçon -qui aura trois ans en août- ne souffre pas de handicap ou de retard particulier, mais selon les médecins à long terme des séquelles neuro-cognitives sont probables. Après un contrôle judiciaire de plus d'un an -période pendant laquelle il n'a pas pu voir ses enfants- l'homme est retourné à la maison. Un neuvième enfant est né en avril 2018. Le jugement sera rendu le 6 juin.