Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Isère : après les dégradations du week-end, colère et résignation à l'Isle d'Abeau

-
Par , France Bleu Isère
L'Isle-d'Abeau, France

Dans la nuit de samedi à dimanche, les quartiers Triforium et Fondbonnière ont été le théâtre de violences. Des véhicules sont partis en fumée notamment. Cela fait suite à une interpellation dans une affaire de drogue. Les habitants disent leur ras-le-bol.

Une des voitures endommagées dans la nuit de samedi à dimanche.
Une des voitures endommagées dans la nuit de samedi à dimanche. © Radio France - Céline Loizeau

A l'Isle-d'Abeau (Isère), les investigations se poursuivent pour mettre la main sur les auteurs des dégradations du week-end. Les gendarmes doivent notamment exploiter les images de vidéosurveillance. Dans la nuit de samedi à dimanche, une quinzaine d'individus s'en sont pris à des voitures, des bacs à fleurs, des lampadaires, qui ont été incendiés, mais aussi à la vitrine d'un bar-snack, caillassée. Cela s'est passé quartiers du Triforium et de Fondbonnière. Ces incidents font suite à l'arrestation la veille d'un individu dans le cadre d'un trafic de drogue. Ce dernier doit être jugé le 4 mars par le tribunal de Vienne.

Patrick Berger, le patron du  bar-snack "Le Vérone", lui est certain qu'il s'agit de représailles. Avec d'autres riverains, il dénonçait le trafic qui se faisait sur la place. Mais le commerçant ne s'attendait pas à une telle vengeance. Et il en veut à la municipalité : "vraiment un sentiment de laisser-aller de la commune. On n'est pas abandonné, ils ne savent pas qu'on existe. A part pour payer." Et de déplorer une présence, à ses yeux, trop faible de la police municipale. Le maire répond qu'il a alerté les services de l'Etat, la gendarmerie, la justice. Que seul, son rôle est limité. Alain Jurado tient à préciser que la police municipale patrouille dans tous les quartiers. Patrick Berger compte envoyer la facture à la mairie.

La vitrine du snack a été brisée avec une échelle.
La vitrine du snack a été brisée avec une échelle. © Radio France - Céline Loizeau

Des habitants qui auront du mal à se payer une nouvelle voiture

Michel, un riverain, lui, n'en veut pas aux élus mais après ce qu'il a vu ce week-end, il attend beaucoup, notamment plus de gendarmes. "C'est l'épisode de trop", confie-t-il.  L'Isle-d'Abeau peut compter depuis plusieurs mois sur quelques gendarme de plus dans le cadre du dispositif Quartier de reconquête républicaine

Les habitants pensent surtout dans l'immédiat aux propriétaires des véhicules endommagés. Une trentaine.  "Ce sont des ouvriers, ici. Souvent assurés au tiers. Ils auront le droit à rien. Ils ne pourront pas se payer une nouvelle voiture. C'est ajouter de la difficulté pour des gens déjà dans la difficulté", d'après Michel. 

Patrick Berger, lui, cite l'exemple de la fille d'un client qui venait de finir de rembourser sa voiture "600 euros en 6 fois." La plupart des victimes ont des petites voitures, qui ne valaient plus grand chose pour l'assurance; des personnes qui auront du mal à en acheter une nouvelle. Les habitants rencontrés évoquent les pleurs de ces victimes samedi soir. La commune dit avoir saisi l'Etat pour voir comment aider financièrement ces habitants.

26 millions d'euros injectés pour rénover le quartier

A l'Isle-d'Abeau, le quartier Saint-Hubert/Triforium (près de 3.000 habitants) aura le droit dans les prochains mois à un vaste chantier de rénovation urbaine. 26 millions d'euros notamment pour réhabiliter des centaines de logements, créer de nouveaux commerces, refaire des voiries, etc. Mais une dame qui habite près de la place du Triforium depuis 4 ans assure que ce sera sans elle : "cela fait quelques temps que j'ai envie de partir et après avoir vu ça... J'en ai marre de l'Isle-d'Abeau, c'est de plus en plus risqué." D'autres au contraire espèrent du mieux.

>>>>La mairie a mis en place un numéro pour renseigner, accompagner les victimes : 04 74 18 20 46.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess