Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - L'un des plus vieux commerces du centre-ville berjallien détruit par les flammes

mercredi 8 novembre 2017 à 13:56 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère et France Bleu

Mod'séduction, magasin spécialisé dans la vente de robes, blouses, gilets pour le 3e âge n'est plus. Ce mercredi matin, le commerce de l'hyper-centre de Bourgoin-Jallieu a été victime d'un incendie dont l'origine accidentelle ne fait pas de doute. Heureusement, il n'y a aucun blessé.

Quelques secondes après l'arrivée des pompiers, vers 10h30.
Quelques secondes après l'arrivée des pompiers, vers 10h30. © Radio France - Céline Loizeau

Bourgoin-Jallieu, France

Pour certains Berjalliens, rencontrés près du lieu du sinistre, c'est "une institution" qui disparaît. Ce mercredi matin, peu avant 10h30, un feu s'est déclaré au niveau d'une des 2 vitrines de Mod'séduction. Le feu a été circonscrit vers midi. Il n'a heureusement pas fait de victimes. L'évacuation de 5 personnes a été nécessaire et ces 5 personnes - des voisins- sont relogées chez de la famille ou par la mairie. Le gaz et l'électricité ont dû être coupés dans le quartier. D'ailleurs, au tribunal, situé à deux pas du commerce, l'audience a dû être interrompue quelques instants. Au total, quelque 30 sapeurs pompiers de différentes casernes du Nord-Isère ont été mobilisés. La rue du 19-Mars 1962 reste interdite à la circulation voitures et piétons jusqu'à nouvel ordre, indique en fin d'après-midi, Hélène Accettola, l'élue de permanence.

Une enseigne qualifiée "d'utilité publique"

"On avait repris le commerce en 1988 avec mon épouse. Il avait été ouvert en 1951 par la famille Saccomani", précise Claude Geoffray, propriétaire de l'enseigne avec Michelle, sa femme. Il s'agit de l'une des plus anciennes boutiques de la ville. Même si le couple souhaitait vendre, cet incendie c'est une "mise à la retraite forcée". Mod'séduction, à la façade de carrelage marronné, était loin des codes des enseignes modernes, tendances. Michelle, 77 ans et Claude, bientôt 78 ans, y vendaient des blouses, des robes, des gilets pour les dames âgées. Les tailles allaient jusqu'au 62. Et dans la boutique, pas de terminal bancaire : la clientèle, âgée, préférant payer en chèque ou en espèce. "Les agences immobilières la classaient de commerce d'utilité publique, poursuit Claude. Parce que les personnes âgées ne trouvaient pas à s'habiller ailleurs. Pour ceux qui étaient en maison de retraite, les enfants venaient acheter les vêtements. Ma femme prêtait les vêtements, ils les faisaient essayer, ils revenaient avec ce qui allait et ça ça va manquer."

Quelque 30 pompiers de plusieurs casernes nord-iséroises sont intervenus. 3 lances, dont 1 sur échelle aérienne, ont été déployées. - Radio France
Quelque 30 pompiers de plusieurs casernes nord-iséroises sont intervenus. 3 lances, dont 1 sur échelle aérienne, ont été déployées. © Radio France - Céline Loizeau

Dans le ciel, le panache de fumée était visible au moins une vingtaine de kilomètres à la ronde. Un incendie en hyper-centre, ça attire toujours les badauds et à Bourgoin-Jallieu, cet incendie au cœur de la ville ravive de tristes souvenirs chez certains. "Moi, ça m'a fait penser à l'incendie du théâtre Jean-Vilar" , explique Aurélie, qui travaille à l'office de tourisme, à 20 mètres de Mod'séduction et à 200 mètres de l'emplacement du théâtre Jean-Vilar. Cet incendie remonte au 2 mars 2010, vers 9h.

"Ma femme a entendu crépiter dans la vitrine, le temps qu'elle aille au compteur, ça a tout brûlé" selon Claude Geoffray, mari de Michelle présente dans la boutique. Lui assure la comptabilité. - Radio France
"Ma femme a entendu crépiter dans la vitrine, le temps qu'elle aille au compteur, ça a tout brûlé" selon Claude Geoffray, mari de Michelle présente dans la boutique. Lui assure la comptabilité. © Radio France - Céline Loizeau