Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Isère : la famille d'un handicapé verbalisé pour non-respect du confinement évoque des policiers "pas humains"

-
Par , France Bleu Isère

A Bourgoin-Jallieu, les proches d'une trentenaire reprochent à la police de ne pas avoir fait preuve de discernement. L’homme, reconnu handicapé selon sa famille, a été verbalisé le 23 mars pour être sorti près de chez lui sans attestation dérogatoire.

Une attestation de déplacement dérogatoire. Pour toute sortie pendant le confinement, il faut être muni de cette attestation.
Une attestation de déplacement dérogatoire. Pour toute sortie pendant le confinement, il faut être muni de cette attestation. © Radio France - Florence Gotschaux

D’après le frère de cet homme '"quand on le croise, on voit bien qu'il est handicapé". Pour lui les policiers ont été "stricts, pas du tout humains." Le 23 mars, peu avant 9 heures, son frère sort pour marcher un peu. Il est rue Pasteur, à quelques mètres de l'endroit où il vit avec sa mère, à Bourgoin-Jallieu (Isère). Mais il est parti sans attestation dérogatoire. La police nationale le verbalise pour cette raison. 

Mais pour sa famille, l'homme de 38 ans ne peut penser à cette démarche. Elle évoque un homme qui a de grosses séquelles au cerveau après un accident de la route quelques années plus tôt, reconnu handicapé à hauteur de 80% et placé sous curatelle. 

Possibilité de contester le procès verbal

La police, elle, parle d'un homme qui n'avait pas de papier sur lui, qui a pu donner son identité, son adresse. Le contrôle s'est passé "sans souci" d'après le commissariat qui souligne que le trentenaire "n'a pas contesté l'infraction et qu'il a signé le PV". La police précise qu'être handicapé ou sous curatelle ne dispense pas de respecter les règles et qu'elle essaie toujours de faire preuve de discernement en fonction du contexte, de la situation.

Les proches de ce monsieur, qui ont depuis reçu la contravention de 135 euros, ont été invités à la contester auprès de l'officier du ministère public. Dans le cas présent, un courrier explicatif avec des preuves notamment sur son état de santé. Un classement sans suite est possible. 

Depuis le début du confinement, les policiers berjalliens ont effectué 5300 contrôles pour quelque 800 verbalisations. Et pour l'instant, rares sont celles qui sont contestées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess