Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Sécurité Routière : journée #TousResponsables mercredi 18 septembre

Isère : le nombre de tués sur les routes depuis janvier déjà supérieur au bilan de l'année 2018

-
Par , France Bleu Isère

59 personnes ont perdu la vie sur les routes de l'Isère depuis le 1er janvier, soit 3 victimes de plus que pour l'ensemble de l'année 2018. Les motards représentent un quart des morts.

illustration
illustration © Maxppp - Lionel VADAM

Si la tendance se poursuivait, on pourrait approcher le triste record de la décennie sur les routes en Isère. En 2013, année noire, il y avait eu 86 morts. Aujourd'hui, à la mi-septembre 2019, on compte déjà 59 victimes, et c'est déjà davantage que pour l'année dernière où l'on avait dénombré 56 victimes. 

+ 46% de tués sur les 9 premiers mois de l'année

Si l'on ne prend que les 9 premiers mois de 2018, alors l'augmentation atteint les 46% de mortalité sur les routes du département, selon les chiffres communiqués par la Préfecture de l'Isère. En parallèle, on note une diminution du nombre de blessés (-6,63%). "Plus de tués, moins de blessés, qu'est-ce que ça veut dire? interroge Jean-Claude Broussy, le directeur de la Prévention Routière en Isère (*). Je traduis ça par un problème de vitesse excessive qui est toujours la première cause de l'accidentalité routière." Jean-Claude Broussy constate par ailleurs un nombre important de chocs frontaux, souvent dramatiques. "Ils sont dus aux 'distracteurs' comme le smartphone, et également à la somnolence au volant", précise-t-il. Et parmi les principaux facteurs à l'origine des accidents, on trouve bien évidemment l'alcool et les stupéfiants.

La ceinture de sécurité : un réflexe pas encore complètement acquis 

Vitesse, alcool, stupéfiant, somnolence... les comportements à risques sont connus. Mais Jean-Paul Broussy rappelle aussi que certaines recommandations basiques ne sont pas toujours appliquées. C'est cas par exemple de la ceinture de sécurité à l'arrière. 

Chaque année nous avons environ 400 personnes qui perdent la vie en France et qui n'avaient pas attaché leur ceinture - Jean-Claude Broussy, directeur de la Prévention Routière en Isère

Les conducteurs de deux-roues motorisés représentent un quart des morts

Prudence donc au volant, mais aussi derrière le guidon. Cette année les motards représentent un quart des tués sur la route en Isère."Un motard quand il tombe c'est qu'il perd l'adhérence, explique Thierry l'un des représentants de la Fédération Française des Motards en Colère de l'Isère qui interpelle les pouvoirs publics. On a demandé à la Préfecture de l'Isère de contrôler tout ce qui était infrastructures, les enrobés, de façon à ce qu'ils soient très propres et qu'ils correspondent aux normes demandées (...). Mais on n'a pas de réponse." 

* La Prévention Routière est une association ; elle recherche des bénévoles en Isère 

Choix de la station

France Bleu