Faits divers – Justice

Isère : sa bijouterie encore cambriolée, le coup de gueule de Pierre Pollard

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère jeudi 27 octobre 2016 à 13:51

Cette nuit, les voleurs ont découpé le rideau métallique à la scie.
Cette nuit, les voleurs ont découpé le rideau métallique à la scie. © Radio France - Céline Loizeau

Depuis que Rêve Corner, la bijouterie de Pierre Pollard, a ouvert il y a 7 ans, elle a enregistré six gros cambriolages. Le dernier remonte à ce jeudi 27 octobre, vers 3h du matin. Il a toujours envie de continuer, dit ne pas pouvoir faire plus en matière de sécurité et accuse la justice de laxisme.

Cri de colère et peut-être de désespoir pour Pierre Pollard. Ce bijoutier, bien connu dans le secteur de Bourgoin-Jallieu (Isère), a vu sa boutique "Rêve Corner" dans la zone commerciale de L'Isle d'Abeau, victime une fois de plus d'un gros vol. Ce jeudi, vers 3 heures, plusieurs individus ont découpé à la scie le rideau métallique.

Cette même boutique avait déjà été la cible d'une attaque avortée dans la nuit de dimanche à lundi. Cette fois, dans la nuit de mercredi à jeudi, les malfrats ont réussi leur coup. Les voleurs cagoulés -cinq individus selon les images de vidéosurveillance- sont repartis avec des montres, des bijoux fantaisie. "Ce sera difficile à écouler" selon Pierre Pollard. Pour la marchandise, il estime qu'il y en a pour quelques milliers d'euros. Là, où le préjudice est le plus important selon lui, c'est les dégâts sur les vitrines, le rideau métallique, l'entrée du magasin. "A chaque fois, il y en pour 30 à 50 000 euros".

"La justice ne fait pas son travail"
— Pierre Pollard

Six gros cambriolages en sept ans

Le tarif des dommages, il le connaît bien car depuis l'ouverture de la boutique il y a sept ans, c'est le sixième gros cambriolage. Le dernier remonte à janvier 2016. Ce magasin qui emploie dix personnes a eu le droit par le passé à des découpes de toit, un casse à la voiture bélier et même un vol à main armée. Même si son assurance le soutient encore et qu'il fait le maximum en matière de sécurité, y compris aux yeux de son assurance, Pierre Pollard fait les comptes et selon lui l'argent dépensé aurait permis d'embaucher deux personnes.

S'il dit ne pas pouvoir en faire plus pour empêcher les malfaiteurs de rentrer dans le magasin, il réfléchit désormais à comment les empêcher d'en sortir. Il pense même à passer certaines nuits, armé, dans sa boutique. Pierre Pollard en veut à la Justice qui, selon lui, dans les cas qui le concernent a, à chaque fois, relâché les suspects.

Pierre Pollard, interrogé ce jeudi matin, alors que son personnel nettoie et remet en ordre le magasin.

Partager sur :