Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Isère : un couple jugé pour privation de nourriture et abus de confiance sur un adolescent

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Une affaire peu fréquente devant le tribunal de Bourgoin-Jallieu (Isère), ce lundi après-midi. Un beau-père et une mère, deux quinquagénaires, étaient notamment jugés pour privation de soins ou d'aliments et conditions d'hébergement indignes.

La salle d'audience du tribunal de Bourgoin-Jallieu, en Isère.
La salle d'audience du tribunal de Bourgoin-Jallieu, en Isère. © Radio France - Céline Loizeau

Enfermé dans sa chambre, dans l'appartement familial des Avenières-Veyrins-Thuellin, pendant deux jours avec juste un litre et demi d'eau et un sandwich. Une bouteille vide et du papier journal pour ses besoins. Et ce à plusieurs reprises, alors qu'il avait entre 11 et 15 ans. Son beau-père et sa mère étaient alors partis en week-end, jouer au casino notamment

C'est ce que le jeune garçon a raconté aux enquêteurs. C'est aussi ce que sa mère a confirmé lors de l'une de ses auditions avant de se rétracter. À l'audience, ce lundi, elle nie. Même chose pour son compagnon, celui avec qui elle vit depuis les deux ans de son fils. Lui ajoute qu'il n'y a jamais eu de verrou sur la porte. Il explique que le garçon était devenu "difficile à l'adolescence" et qu'il fallait le "punir". 

Début 2018, le garçon va en famille d'accueil et c'est pour se venger de ce placement qu'il aurait inventé cette histoire. Mais pour Dietlind Baudoin, la procureure, ça ne tient pas : il porte plainte quinze mois plus tard, il y a des constatations faites lors d'une perquisition dans l'appartement. Et il y a aussi les "déclarations constantes" du garçon. 

Des réquisitions allant jusqu'à deux ans de prison ferme

Pour le ministère public, cette plainte est motivée par les menaces de mort du beau-père et que la mère rapporte à son fils. Mais à la barre, celle-ci explique qu'en fait, elle s'est "mal exprimée", qu'elle était alors "en dépression". La procureure voit plutôt une "femme sous emprise, qui a peur de son compagnon et qui l'a choisi lui plutôt que de protéger son fils". "Un triste fonctionnement familial dont Zola se serait régalé", a-t-elle affirmé au début de ses réquisitions. Elle réclamait deux ans de prison ferme pour le beau-père et dix-huit mois avec sursis pour la mère.

Le tribunal relaxe finalement la mère pour les faits de "soumission d'un mineur à des conditions d'hébergements indignes" estimant qu'elle n'a pas eu un rôle actif. Le beau-père écope de douze mois de prison dont quatre assortis d'un sursis, mise à l'épreuve de deux ans. Il était notamment poursuivi pour "privation de soins ou d'aliments compromettant la santé d'une mineur."

Tout deux sont reconnus coupables d'abus de confiance. Ils s'étaient servis sur le compte en banque du garçon qui venait d'avoir sa paie après un job d'été. Ils devront lui rembourser plusieurs centaines d'euros. La victime n'était pas présente lors du procès, ayant déménagé à l'autre bout du pays depuis peu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu