Faits divers – Justice

Islamisme : une structure de lutte contre la radicalisation en projet à Nancy

Par Mohand Chibani et Cédric Lieto, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 19 septembre 2016 à 4:00

une structure de lutte contre la radicalisation bientôt à Nancy
une structure de lutte contre la radicalisation bientôt à Nancy © Maxppp - maxppp

Militants associatifs et travailleurs sociaux réfléchissent à la mise en place d'une structure pour lutter contre la radicalisation à Nancy. La préfecture de Meurthe-et-Moselle refuse de s'exprimer.

Alors que le premier centre de déradicalisation va ouvrir ses portes dans les jours qui viennent à Beaumont-en-Véron en Indre-et-Loire, France Bleu Lorraine est en mesure d'annoncer qu'un collectif nancéien s'est constitué pour mettre en place des dispositifs de lutte contre la radicalisation.

Projet porté par une association

Le projet est porté par un noyau de travailleurs sociaux et militants associatifs. La structure ne fera pas forcément partie des 13 centres de prévention lancés par l'Etat. C'est pour l'instant une initiative du milieu associatif qui pourrait avoir un rayonnement régional. Car la Lorraine, comme les autres régions, n'est pas épargnée par les phénomènes de radicalisation islamiste. Preuve en est l'interpellation en fin de semaine dernière d'un jeune homme à Maxéville, en voie de radicalisation selon les premiers éléments de l'enquête.

Le sujet est sensible. La préfecture de Meurthe-et-Moselle n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. On ne sait pas encore comment fonctionnera ce centre et quels seront ses moyens. Mais Rachid Sekkour, élu à la mairie de Vandoeuvre , a participé à l'émergence de cette structure :

Une assemblée constitutive a eu lieu début septembre. Il va y avoir une mobilisation, grâce à cette association, des pouvoirs publics : collectivités, le tissu associatif, la protection judiciaire de la jeunesse. Les acteurs économiques seront aussi autour de la table. L'idée, c'est d'avoir un diagnostic partagé et de mettre en place des synergies dans le cadre d'un accompagnement individuel [...] L'équipe est encore en construction mais l'idée a suscité quand même beaucoup d'intérêt déjà de la part des pouvoirs publics et je pense que c'est déjà un grand pas. "

Eviter "la surenchère politique"

Rachid Sekkour qui justifie l'intérêt d'une telle structure alors que la menace terroriste islamiste semble très présente :

Aujourd'hui, il y a un concours Lépine de la manière dont on pourrait lutter contre la radicalisation. La surenchère politique est en train de prendre beaucoup le pas sur la raison et la rationalité. Il faut qu'on arrive à poser le problème sereinement même si ce n'est pas évident et que l'émotion gagne les esprits et que la population française reste traumatisée par ce qu'il s'est passé ces derniers mois. Il faut qu'on arrive à avoir une expertise fine et prendre la mesure du phénomène."

A terme, l'Etat compte ouvrir 13 centres de prévention, d'insertion et de citoyenneté.

Des précision de Rachid Sekkour

Suite à la diffusion de l'article ci-dessus, Rachid Sekkour a souhaité démentir certains éléments et apporter les précisions suivantes :

"Je n'ai jamais évoqué la mise en place d'un centre de déradicalisation", j'ai évoqué la création d'une association qui souhaite réfléchir sur le sujet de la radicalisation avec les partenaires, comme le font quelques associations ici sur notre département.

A ce jour et à ma connaissance, aucun centre de lutte contre la radicalisation n'est prévu en Meurthe et Moselle ni porté par la Préfecture, ni même par une association (...)vous indiquez que je suis le porte parole du Conseil Régional du Culte Musulman ce qui n'est pas le cas; je me suis exprimé en tant que Maire-Adjoint d'une commune que je vous ai précisé. Le journaliste du JT de ce matin évoque que cette initiative émane de "membres de CRCM Lorraine. Or, le CRCM Lorraine n'est en aucun cas à l'origine de ce projet"

Dont acte.