Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ivre, il se rend à la gendarmerie de la Châtre

mercredi 20 juin 2018 à 17:16 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Un homme a été condamné ce mercredi à Châteauroux pour avoir conduit en état d'ébriété. Sa destination ? La gendarmerie. Le but de sa visite ? il venait récupérer une notification de suspension de permis de conduire.

Une affaire d'alcool au volant peu banale était jugée ce mercredi au tribunal correctionnel de Châteauroux
Une affaire d'alcool au volant peu banale était jugée ce mercredi au tribunal correctionnel de Châteauroux © Radio France - Sarah Tuchscherer

La Châtre, France

Les prévenus jugés pour conduite en état d'ébriété sont nombreux dans tous les tribunaux, celui de Châteauroux ne fait pas exception. Mais les circonstances qui ont mené cet homme de 46 ans à la barre ce mercredi sont bien particulières. Son délit remonte au 15 janvier dernier. Ce jour-là, il se rend à la gendarmerie de La Châtre pour se voir notifier une suspension de permis de conduire, déjà liée à une conduite en état d'ébriété. Or, lorsqu'il se présente à l'accueil, le gendarme qui le reçoit remarque une forte odeur d'alcool. Le prévenu reconnaît s'être arrêté au bar avant. Son taux d'alcoolémie a été mesuré à 1,80g par litre de sang (la limite est de 0,5g).

Durant l’audience, le président a souligné l’incongruité de la situation : « c’est osé de se présenter enivré à la gendarmerie ».  L'auteur du délit a répondu qu'il était désolé. Son avocate l'a présenté comme un homme en marge, vivant sans emploi, sans enfant, s'occupant de sa mère et souffrant de problèmes d'alcool depuis longtemps. Le tribunal l'a finalement condamné à huit mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve, une peine assortie d'une obligation de soins.