Faits divers – Justice DOSSIER : Le procès du triple meurtre de Rivesaltes

"Toro rampait en réclamant qu'on le tue" : les témoins du triple meurtre de Rivesaltes racontent

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon jeudi 28 janvier 2016 à 16:10

© Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Au quatrième jour du procès de l'auteur du triple meurtre de Rivesaltes, les témoins de la scène ont raconté à la barre la terrible scène qui s'est jouée le 3 mars 2011.

Quatrième jour du procès de Joachim Toro devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales. L'octogénaire est jugé pour avoir tué son voisin et deux employés municipaux en mars 2011 quai des Mouettes à Rivesaltes. 

Juste avant, il avait aussi tiré sur la jeune fille avec laquelle il entretenait des relations sexuelles contre d'importantes sommes d'argent.

Ce jeudi, la cour d'assises entendait les témoins du drame. Mes faits remontent au 3 mars 2011,  en plein milieu d'après-midi. Ce jour là, sur place il y avait essentiellement des jeunes qui jouaient à la pétanque juste au bord de l'Agly. Certains n'avaient que 12 ou 13 ans et ne se souviennent de rien.

En revanche, David n'a rien oublié. Il avait 21 ans au moment des faits et habitait au bout du quai des Mouettes. Il devait rentrer chez lui avec des amis et des cousins quand le premier coup de feu a retenti. C'est lui qui a appelé les secours.

"Je rentrais chez moi avec mes amis et on a vu monsieur Toro traverser avec un fusil. Mais comme c'est un chasseur, cela ne nous a pas surpris, on le voit souvent avec un fusil. Seulement on a entendu un coup de feu, c'était impressionnant. On a vu M. Raspault s'écrouler par terre et M. Toro se tourner et recharger le fusil."

"On a fait demi-tour, j'ai pris mes cousins avec moi. il y avait des gens qui jouaient à la pétanque, on les a fait partir du quai. On a expliqué qu'il y avait eu un meurtre. J'ai crié "il l'a abattu, il l'a abattu" et on est allé prévenir la femme de M. Raspault que son mari venait de se faire abattre par monsieur Toro." 

"En revenant, on a entendu quatre coups de feu, trois coups d'abord, puis un quatrième. Le quatrième c'était M. Toro qui essayait de se suicider : j'ai vu M. Toro se mettre à côté d'une murette, se diriger le fusil sur le visage et appuyer sur la détente. Il est tombé à terre et bougeait encore. Au début j'ai cru que c'était M. Raspault qui était encore en vie. Je me suis dirigé vers lui pour lui dire que les secours allaient arriver."

"Là j'ai vu que c'était M. Toro qui essayait de ramper vers le fusil. Je l'entendais parler à ses chiens. Il disait « tuez-moi, tuez-moi ! »"

"En prenant du recul, j'ai compris que c'était une folie meurtrière et que j'aurais pu y passer aussi. Pendant la première semaine, je dormais mal, j'étais ailleurs. Là, je le revois pour la première fois depuis cinq ans. C'est choquant, surtout qu'il nie les faits, qu'il dit qu'il ne s'en souvient plus, c'est choquant !"

David, témoin du triple meurtre de Rivesaltes

> DOSSIER - Le procès du triple meurtre de Rivesaltes