Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jacqueline Sauvage bientôt libérée ?

vendredi 22 juillet 2016 à 6:00 Par Anne Oger, France Bleu Orléans et France Bleu

C'est peut-être la dernière étape dans le long parcours judiciaire de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent en 2012 (Loiret). Malgré la grâce présidentielle accordée par François Hollande, elle est toujours en prison. La justice étudie ce vendredi sa mise en liberté.

Jacqueline Sauvage lors de son procès en appel à Blois en décembre 2015
Jacqueline Sauvage lors de son procès en appel à Blois en décembre 2015 © Maxppp - J. Dutac - Nouvelle République

Orléans, France

Le 31 janvier dernier, François Hollande accordait à Jacqueline Sauvage la grâce présidentielle que les soutiens, très nombreux, de la loirétaine, lui demandaient. Après avoir reçu ses filles et ses avocates, le Président de la République accordait une grâce partielle à celle qui, en septembre 2012, avait abattu son mari de trois coups de fusil, sur la terrasse de leur pavillon à la Selle-sur-le-Bied, près de Courtenay dans le Loiret. Un homme qui la battait depuis de nombreuses années, avait-elle expliqué lors de ses deux procès.

Deux rapports d'expertise favorables à sa libération

Cette solution de la grâce partielle n'effaçait pas sa condamnation à 10 ans de prison, confirmée en appel par la cour d'assises de Blois, en décembre 2015. Mais elle lui accordait une remise de peine qui annulait la période de sûreté. Depuis, Jacqueline Sauvage a été transférée à la prison de Réau en Seine-et-Marne, l'un des trois sites du Centre National d'Evaluation, chargé de mesurer la dangerosité des détenus condamnés à moins de 10 ans de prison, en vue d'une éventuelle sortie.

C'est sur ce travail d'évaluation que va se baser notamment le tribunal d'application des peines de Melun, qui se penche ce vendredi sur sa demande de libération conditionnelle. Jacqueline Sauvage est à la prison de Réau depuis le mois de février. Là-bas elle est régulièrement en rapport avec des psychologues, des conseillers pénitentiaires et de probation, des surveillants, chargé d'évaluer les risques d'une libération. Pour ce qui concerne Jacqueline Sauvage, tout le monde, à commencer par son comité de soutien, s'accorde à dire que dangereuse, elle ne l'est pas.  C'est d'ailleurs ce que confirment deux expertises psychiatriques, sur lesquelles les juges du tribunal d'application des peines vont s'appuyer pour rendre leur jugement, dans quelques jours.

Je me demande bien quel deuxième mari elle pourrait tuer

Un jugement qui sera favorable, tous les proches de Jacqueline Sauvage l'espèrent, tous les membres de son comité de soutien, ceux qui avaient signé en décembre dernier, une pétition pour demander sa libération, en dénonçant le silence qui entoure encore trop souvent le calvaire des femmes victimes de violences conjugales. En quelques semaines, cette pétition avait recueilli plus de 450 000 signatures.

La comédienne Anny Duperey dans son comité de soutien

La comédienne Anny Duperey fait partie du comité de soutien de Jacqueline Sauvage - Maxppp
La comédienne Anny Duperey fait partie du comité de soutien de Jacqueline Sauvage © Maxppp - Frédéric Dugit - Le Parisien

Parmi ces soutiens, la comédienne Anny Duperey. Pour elle il est plus que temps de libérer Jacqueline Sauvage, le délai pour sa libération est "trop long". "Quand on a dit qu'il faut examiner sa dangerosité, j'ai trouvé ça presque drôle" confie Anny Duperey à France Bleu Orléans. "Quelle est la dangerosité de cette femme, franchement. Je me demande bien quel deuxième mari elle pourrait tuer"... "C'est une question humaine et de bon sens, qu'on la laisse enfin tranquille" ajoute Anny Duperey.

"C'est trop long, il faut lui permettre maintenant de retrouver ses enfants"

Après l'audience, ce vendredi matin, le tribunal d'application des peines de Melun devrait mettre sa décision en délibéré, Jacqueline Sauvage sera fixée dans quelques jours. A 68 ans, elle peut espérer sortir de prison dans le courant de l'été.