Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jana, la petite Malesherboise emmenée de force en Syrie, va-t-elle rentrer en France ?

mardi 26 mars 2019 à 16:52 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans et France Bleu

En 2014, Jana, une Malesherboise de 3 ans, a été conduite de force en Syrie avec son père, un Français radicalisé. Depuis, sa famille et notamment sa mère tente de la récupérer. Son oncle est parti ce week-end en Syrie avec l'espoir de la retrouver dans un camp de réfugiés. Une opération délicate.

Plus d'une centaine d'enfants français seraient toujours en Syrie
Plus d'une centaine d'enfants français seraient toujours en Syrie © Maxppp - Chris Huby

Loiret, France

Et si Jana rentrait enfin en France ? Pour sa famille, c'est peut-être la fin d'un cauchemar qui dure déjà depuis 4 ans et 6 mois. En 2014, cette petite fille de 3 ans, installée avec sa mère à Malesherbes, était enlevée par son père. Eddy Leroux, français converti à l'islam et radicalisé, s'envolait alors pour la Syrie avec pour projet de rejoindre Daech. Toutes ces années, la famille de Jana a tenté de récupérer la fillette mais sans succès. Aujourd'hui, elle croit savoir que l'enfant se trouve dans le camp de réfugiés d'Al-Hol, au Nord Est de la Syrie. Un des oncles vient d'ailleurs de se rendre sur place. 

On sait qu'elle est encore en vie et probablement dans un camp de réfugiés 

Pour la famille, il y a déjà une certitude : " Jana est toujours en vie". En 2015, après la mort probable de son père, Jana a été adoptée par une femme lybienne. " On n'a jamais perdu sa trace" confie Ilham Tarbouni , la maman de Jana, " mais jusqu'à présent, il était impossible de se rendre là bas. La France nous le déconseillait". Finalement, ces dernières semaines, avec la chute de Daech, la famille a pris la décision de se rendre en Syrie. " On pense qu'elle se trouve dans le camp d'Al-Hol, au Nord Est du Pays. Là, où plus d'une centaine d'enfants français sont retenus". L'oncle de Jana, Mustafa, a donc décidé le week-end dernier de se rendre sur place avec l'espoir d'identifier la fillette. Mais l'opération s'avère plus compliquée que prévu. 

Le Quai d'Orsay et l'Elysée alertés 

L'oncle de Jana est bien arrivé à destination dimanche. Mais, les Kurdes, qui surveillent le camp d'Al-Hol, refusent  de le laisser entrer sans autorisation. " C'est une question de diplomatie" explique l'avocat de la famille de Jana, Maitre Gabriel Versini. Il a donc alerté le Quai d'Orsay et l'Elysée. " Il faut établir un contact direct entre les autorités françaises et les autorités de cette enclave syrienne et entamer des pourparlers pour permettre à cette petite de rentrer." 

Maitre Versini, l'avocat de la famille de Jana - Maxppp
Maitre Versini, l'avocat de la famille de Jana © Maxppp - Maxime Legat

Pour l'avocat, il n'y plus de temps à perdre : " C'est un enfant française, née en France. On ne peut donc pas imaginer qu'elle soit mise sur le bas côté, qu'elle soit abandonnée alors que sa mère l'attend depuis 4 ans". Reste maintenant à savoir si la situation pourra se débloquer rapidement. 

Il faut que la France débloque la situation explique l'avocat de la famille de Jana

Dans cette affaire de la petite Jana, un premier rebondissement avait déjà eu lieu en octobre 2016. La dernière compagne du père de Jana, Jihane Makhzoumi, avait quitté la Syrie pour rentrer en France. Mais, elle est revenue sans Jana dont elle était pourtant responsable. Interpellée à l'aéroport de Roissy, cette femme devrait être jugée dans quelques mois pour "association de malfaiteurs à caractère terroriste et délaissement de mineur".