Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jardins de l'Engrenage : les tensions continuent entre forces de l'ordre et militants

-
Par , France Bleu Bourgogne

Depuis quatre jours maintenant, forces de l'ordre et occupants des Jardins de l'Engrenage, à Dijon (Côte-d'Or), s'affrontent. Ce vendredi encore, des bombes lacrymogènes ont été tirées.

Un mur de béton sépare la maison (au centre de la photo), du reste du terrain, désormais en chantier
Un mur de béton sépare la maison (au centre de la photo), du reste du terrain, désormais en chantier - Albin Strohmeier

Les échauffourées continuent à éclater entre les forces de l'ordre et les militants au 63 avenue de Langres, à Dijon (Côte-d'Or), depuis mardi dernier. Ce vendredi matin encore, des bombes lacrymogènes ont été tirées en direction de la maison au fond du terrain, qui cristallise les tensions. 

Les occupants, qui y habitent "légalement", insiste l'avocate Me Dominique Clémang, qui représente certains membres du collectif, sont plusieurs fois par jour cibles de bombes lacrymogènes. "C'est leur domicile légal, ils méritent une protection", ajoute-t-elle. Certains clients lui ont dit que la maison était entourée de forces de l'ordre. 

Les militants reconnaissent tenter régulièrement d'empêcher l'avancement du chantier du futur Garden State. "Certains lancent des bombes de peinture", avoue un des membres du collectif. Mais l'avocate Me Clémang s'indigne : "Je ne comprends pas cet acharnement de violence. J'ai prévenu le préfet, qu'il s'assure de la protection de la maison." Elle indique que l'eau courante a été rétablie dans la maison, après une coupure de quatre jours. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess