Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jawad Bendaoud condamné à six mois de prison avec sursis pour menaces de mort sur son ex-compagne

mercredi 25 avril 2018 à 15:58 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris et France Bleu

Jawad Bendaoud, le logeur de deux djihadistes du 13-Novembre, a été condamné ce mercredi à six mois de prison avec sursis pour menaces de mort sur son ex-conjointe. Il avait notamment menacé de la tuer, de l'égorger et de la brûler.

Jawad Bendaoud, juste après les attentats du 13-Novembre.
Jawad Bendaoud, juste après les attentats du 13-Novembre. © AFP - BFMTV

Jawad Bendaoud, le logeur de deux djihadistes du 13-Novembre, a été condamné ce mercredi à six mois de prison avec sursis pour menaces de mort sur son ex-conjointe, indique franceinfo. Ce sursis est assorti d'une mise à l'épreuve de deux ans. 

Il a également interdiction d'entrer en contact avec son ex-compagne et a obligation de soin, ainsi que de travailler ou de se former. Cette condamnation est inférieure aux réquisitions du parquet, qui avait demandé dix mois de prison dont six ferme.

"Je vais te tuer", "je vais t'égorger", "je vais te brûler"

Jawad Bendaoud était jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Il avait été placé en garde à vue mardi à Saint-Denis à la suite d'une plainte de son ex-compagne. Cette dernière accuse Jawad Bendaoud de l'avoir menacée par SMS et appels, avec des termes tels que "Je vais te tuer", "je vais t'égorger", ou encore "je vais te brûler".

Jawad Bendaoud renoue avec les ennuis judiciaires après avoir été relaxé en février par le tribunal correctionnel de Paris pour "recel de malfaiteurs terroristes".