Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jawad Bendaoud en garde à vue pour outrages et détention de cannabis

jeudi 5 juillet 2018 à 10:52 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Jawad Bendaoud est à nouveau en garde à vue. Celui qui a été relaxé en février pour avoir fourni une planque aux terroristes du 13 novembre 2015, a été interpellé mercredi soir à Saint-Denis pour "outrages" sur les policiers et détention de cannabis.

Jawad Bendaoud, à sa sortie du tribunal de Bobigny, le 25 avril dernier
Jawad Bendaoud, à sa sortie du tribunal de Bobigny, le 25 avril dernier © Maxppp - Philippe de Poulpiquet (PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP)

Saint-Denis, France

Jawad Bendaoud est à nouveau en garde a vue ce jeudi matin. Mercredi soir, celui qui a été surnommé le "logeur de Daesh" a été interpellé par les policiers à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. Il est en garde à vue pour "outrages" sur les fonctionnaires de police, usage et détention de cannabis, indique ce matin le parquet de Bobigny, à France Bleu Paris, confirmant une information d'Europe 1. 

Selon la radio, Jawad Bendaoud aurait filmé la scène avec son téléphone et demandé aux jeunes qui l'entourait de le libérer, au moment de son interpellation.

Relaxé en février dernier par le tribunal correctionnel de Paris, lors de son procès en première instance pour avoir fourni une planque aux terroristes du 13 novembre, Jawad Bendaoud doit être jugé en appel du 21 novembre au 21 décembre prochain, le parquet de Paris ayant fait appel de cette décision.

Depuis sa sortie de prison, après cette relaxe, il a été à nouveau condamné, fin avril dernier, à six mois de prison avec sursis pour "menaces de mort" sur son ex compagne.