Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je m'entraine chez moi": privés de restaurants, les apprentis du lycée hôtelier de Lille s'adaptent

-
Par , France Bleu Nord

Avec la fermeture des restaurants, bars et cafés, beaucoup de jeunes apprentis du secteur sont au chômage partiel depuis la fin du mois d'octobre. Les élèves du lycée hôtelier international de Lille essayent donc de compenser comme ils peuvent, notamment en s'entrainant davantage chez eux.

Les apprentis cuisiniers pratiquent moins à cause de la fermeture de leurs restaurants.
Les apprentis cuisiniers pratiquent moins à cause de la fermeture de leurs restaurants. © Radio France - Hélène Fromenty

C'est en cuisinant...qu'on devient cuisinier. Cela parait logique, mais ce n'est pas simple quand les restaurants sont fermés. A cause de la crise sanitaire du coronavirus, l'année scolaire des apprentis du lycée hôtelier international de Lille (LHIL) est forcément chamboulée. 

Le lycée hôtelier international de Lille.
Le lycée hôtelier international de Lille. © Radio France - Hélène Fromenty

Normalement, 265 jeunes alternent une semaine à l’école et une semaine en entreprise. Mais les restaurants étant fermés en ce moment, ils n’ont plus toute la partie professionnelle et pratiquent seulement en classe, soit deux fois moins que d’habitude. 

"Au lycée, on apprend toutes les techniques de base, explique Henri Desjonquère, apprenti en terminale bac pro cuisine. Au restaurant, c'est là qu'on apprend à devenir professionnel. L'enjeu est différent et on a moins le droit à l'erreur car il y a de vrais clients, qui ont une vraie attente derrière. Donc il faut être à l'heure, il y a des coups de chaud qu'on a pas à l'école..."

Henri Desjonquère lors d'un cours pratique de cuisine.
Henri Desjonquère lors d'un cours pratique de cuisine. © Radio France - Hélène Fromenty

Ce jeune de 21 ans est d'habitude apprenti au restaurant Le court debout, en centre-ville de Lille. Actuellement, il est au chômage partiel, alors il compense comme il peut. 

"Je me débrouille pour pratiquer chez moi. Je vais chez mon boucher préféré et je lui achète un carré de porc pour m'entrainer."

Ne pas perdre la main

S'entrainer à la maison, c'est justement ce que recommande les professeurs du lycée hôtelier. Eux ne peuvent pas aller au delà du programme, ni dispenser plus que les 35 heures de cours prévu par semaine.

"On leur conseille vivement de revoir chez eux tout ce qu'on a fait à l'école pour ne pas perdre la main," confie Yannick Charley, formateur en cuisine.

Le formateur de cuisine, Yannick Charley, recommande de s'entraîner à la maison.
Le formateur de cuisine, Yannick Charley, recommande de s'entraîner à la maison. © Radio France - Hélène Fromenty

Dans ce contexte difficile, l'enseignant assure que certains élèves "se démotivent". De son côté, la proviseure de l'établissement est optimiste pour les examens de fin d'année, mais constate quand même une baisse de moral.

"Ce sont des élèves qui aiment l'entreprise, alors forcément ça leur manque de ne pas être dans leurs restaurants, assure Sabine Durieux. Et puis ils sont inquiets de l'avenir, ce qui est normal car la filière a été fortement touchés. Alors une fois de temps en temps, il faut leur remonter un peu le moral."

"Je n'imaginais pas ça"

Un sentiment ressenti par Henri Desjonquère. "Tout ça m'inquiète un peu pour ma formation, reprend l'apprenti. Je n'imaginais pas ça quand je suis rentré en bac pro. Mais je me dis que savoir s'adapter à cette situation, trouver des solutions quand on est coupés du travail, c'est aussi une expérience."

Ces apprentis cuisiniers pourraient retrouver leurs restaurants courant janvier.
Ces apprentis cuisiniers pourraient retrouver leurs restaurants courant janvier. © Radio France - Hélène Fromenty

Si tout va bien, lui et ses camarades pourront retrouver leurs entreprises dans quelques semaines.Les restaurants pourraient rouvrir le 20 janvier, mais cela dépendra de l’évolution de l’épidémie de coronavirus.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess