Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Je n'ai rien entendu du tout (...) je ne me sens pas en sécurité" raconte Valérie cambriolée alors qu'elle dormait.

mardi 7 août 2018 à 16:55 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Plusieurs cambriolages à la fenêtre ont eu lieu en Mayenne ces derniers jours. À Laval la police lance un appel à la vigilance. France Bleu Mayenne a rencontré Valérie, victime de ce type de cambriolage souvent commis l'été.

Voiture police, photo illustration
Voiture police, photo illustration © Radio France - Oanna Favennec

Laval, France

La semaine dernière, deux cambriolages à la fenêtre ont été commis à Laval et à Changé. Un phénomène qui s'accentue l'été puisqu'il fait chaud et que nous sommes nombreux à laisser (au moins) une fenêtre ouverte la nuit pour rafraîchir la maison ou l'appartement. La police, depuis plusieurs jours, lance donc un appel à la vigilance. France Bleu Mayenne a rencontré une victime de ces cambriolages. Valérie est une lavalloise qui réside dans un immeuble au premier étage. Un ou plusieurs intrus sont entrés chez elle dans la nuit du 31 juillet au 1er août. 

"Je n'ai rien entendu du tout. Ce matin-là, je me réveille et vois des objets déplacés dans l'appartement. Mais mon sac n'était pas là. Il est pourtant posé toujours au même endroit. Arrivé sur mon balcon, je vois également une chaise déplacée. C'est à ce moment-là que j'ai compris que quelqu'un était entré chez moi pendant que je dormais".

Le ou les individus sont partis avec le sac à main rouge de Valérie, son portefeuille, ses papiers, sa carte bancaire, des clés, des lunettes "et surtout des petites photos de mon fils [prises chez un photomaton, ndlr] de sa naissance à maintenant" soupire la Lavalloise.

"J'ai compris que quelqu'un était entré chez moi"

Le témoignage de Valérie