Faits divers – Justice

"Je n'attends rien du sommet européen sur les migrants"

Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine jeudi 23 avril 2015 à 12:04

Selon l'Onu, un demi-million de migrants pourraient traverser la Méditerranée cette année
Selon l'Onu, un demi-million de migrants pourraient traverser la Méditerranée cette année © MaxPPP

Comment mettre fin à l'hécatombe de migrants en Méditerranée? Pour le président de la Ligue des Droits de l'Homme de Lorraine, il n'y pas de solution miracle.

Près de 1800 personnes ont perdu la vie en Méditerranée depuis le début de l'année 2015. Les chefs d'Etat et de gouvernement européens se réunissent ce jeudi à Bruxelles pour tenter de trouver des solutions.

"Pas de solution" selon la Ligue des Droits de l'Homme

Laurent Cyferman, le président lorrain de la Ligue des Droits de l'Homme ne voit pas de sortie de crise : "Je n'attend rien de ce sommet européen explique t-il. Il ya deux théories en place : on favorise le développement local ou on empêche les gens de partir ". Des solutions "qui ne marchent pas " conclut-il.

Des voies légales de migrations?

L'eurodéputée lorraine Nathalie Griesbeck a elle quelques pistes en tête. L'élue Modem milite pour la création de voies légales de migrations et la mise en place d'un système européen de centralisation des demandes d'asile.

La députée européenne Nathalie Griesbeck connait bien le dossier des migrants

Selon l'Organisation maritime internationale, un demi-million de migrants pourraient tenter la traversée vers l'Europe cette année. Les dirigeants européens doivent se prononcer ce jeudi sur une éventuelle opération militaire contre les passeurs. Inefficace selon Laurent Cyferman : "On n'a jamais empeché les " boat people" de partir du Vietnam, on ne fera pas mieux avec ce processus là ."

La Lorraine, terre d'accueil des demandeurs d'asile

Les migrants accuellis en Lorraine n'ont pour la plupart, pas eu à prendre la mer. "Ils viennent surtout d'ex-URSS , pas d'Afrique ", analyse Laurent Cyferman. Principal problème : l'hébergement. "Les Centres d'accueil des demandeurs d'asile saturent en Lorraine. Beaucoup logent dans des hôtels ou en dernier recours, dans des établissements militaires qui ne sont absolument pas adaptés pour recevoir des familles ", déplore ce mililtant.

 

Laurent Cyferman, le président lorrain de la Ligue des Droits de l'Homme