Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Je ne les ramènerai pas" : le père de famille parti avec ses deux enfants en Algérie refuse de les ramener

La crainte d'Agnès Lesale s'est vérifiée : ses deux aînés, Shakib et Bilel, ont bien été emmenés en Algérie par leur père. La police a pu le contacter ce jeudi après six mois sans nouvelles : il affirme qu'il ne ramènera pas les garçons en France.

Agnès Lesale n'a plus de nouvelles de Shakib et Bilel depuis six mois
Agnès Lesale n'a plus de nouvelles de Shakib et Bilel depuis six mois © Radio France - Noémie Lair

Cleon, France

Elle s'y attendait, mais la nouvelle est quand même un coup de massue : les deux garçons d'Agnès Lesale, une mère de famille de Cléon au sud de Rouen, se trouvent bien en Algérie avec leur père, comme l'a révélé Le Journal d'Elbeuf. "Il a dit qu'il les laisserait là-bas", précise-t-elle. Dès mercredi, elle avait confié à France Bleu ses craintes que le père ait fait des duplicatas des passeports des enfants, qui ont la double nationalité. Il semblerait qu'il soit passé par l'Espagne avant de se rendre en Algérie. Il indique y être depuis deux semaines, "mais je pense que ça fait plus longtemps", lance Agnès.

Contacté par la police française

"Je m'y attendais mais j'espérais quand même qu'il soit en France, explique la mère de famille. Ça aurait été plus simple de récupérer mes enfants". Les forces de l'ordre sont parvenues à le contacter après avoir intercepté sa voiture à Villeparisis, en Seine-et-Marne, conduite par un de ses amis. Ce dernier a donné le nouveau numéro de téléphone du père.

"Une policière a pu parler à Shakib, l'aîné, mais il n'osait pas répondre car derrière son père lui demandait de ne rien dire", assure Agnès Lesale, qui s'est rendue jeudi au commissariat d'Elbeuf. Le commissariat de Rouen ne donne pas de précision sur le contenu de la discussion, mais confirme qu'il y a bien eu un contact. "Mon mari a affirmé qu'il reviendra peut-être en France, mais sans les enfants", ajoute Agnès. Pourtant, si le divorce n'est pas encore prononcé, c'est bien elle qui a la garde exclusive de leurs quatre enfants.

Un long combat qui s'annonce

Dans ce genre de dossier, difficile de savoir vers qui se tourner. "Je suis un peu perdue, reconnait Agnès, j'essaie de voir toutes les démarches à faire". Sa plainte déposée début avril n'a que peu d'utilité tant que le père des enfants est à l'étranger. Elle compte écrire au ministère de la justice dans l'espoir de faire avancer le dossier.

"Il faut saisir l'autorité centrale qui est chargée au ministère de ces cas", précise Richard Sédillot, avocat à Rouen spécialisé dans ce type de dossiers. Le fait que les enfants soient en Algérie n'aide pas : le pays n'a pas signé la convention de La Haye d'octobre 1980 pour faciliter les retours d'enfants enlevés à l'étranger. "Sans convention, hors de l'Union Européenne, c'est compliqué", reconnait l'avocat.

Il faut faire jouer les relations diplomatiques.

"Je pourrais aller en Algérie pour voir les enfants, mais si leur père ne m'ouvre pas la porte ou qu'il me menace, je ne saurais pas quoi faire", déplore Agnès. Elle ne compte pas pour autant baisser les bras : "je sais que ça va être un très long combat".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu