Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jean-Claude Mas, fondateur de la société de prothèses PIP, est mort

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Jean-Claude Mas, le fondateur de la société de prothèses PIP basée à la Seyne-sur-Mer, est décédé ce jeudi. Il a succombé à une intervention chirurgicale à 79 ans. Sa société PIP est au cœur d'un scandale mondiale d'implants mammaires remplis de gel frauduleux.

Jean-Claude Mas à la sortie de la cour d'appel d'Aix-en-Provence après sa condamnation le 2 mai 2016.
Jean-Claude Mas à la sortie de la cour d'appel d'Aix-en-Provence après sa condamnation le 2 mai 2016. © Maxppp - Clement Mahoudeau

La Seyne-sur-Mer, France

Jean-Claude Mas, le fondateur de la société de prothèses PIP basée à la Seyne-sur-Mer, est décédé ce jeudi. Il a succombé à une intervention chirurgicale à 79 ans. Il a fondé la société PIP dans les années 1990, entreprise au cœur d'un scandale sanitaire mondial d'implants mammaires remplis avec un gel frauduleux.  

Il avait été condamné en 2016 à 4 ans de prison ferme et 75 000 euros d'amende, par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence pour tromperie aggravée et escroquerie. Il avait effectué huit mois de détention provisoire en 2012, mais n'a jamais été incarcéré après sa condamnation en appel en 2016.  Il était toujours mis en examen dans deux autres procédures, l'une pour homicide et blessures involontaires, l'autre concernant les aspects financiers de l'affaire, mais son décès va entraîner l'extinction des poursuites.

400.000 femmes victimes de ces prothèses dans le monde

Au total, près de un million de prothèses mammaires ont été écoulées entre 2001 et 2010 par PIP, au mépris de toute norme sanitaire. Le nombre de femmes victimes dans le monde est évalué à 400.000. Au lieu d'un gel autorisé, PIP se servait pour partie d'un silicone industriel normalement utilisé dans la composition d'équipements électroniques.

Plusieurs modèles de prothèses interdits par l'ANSM 

Hasard du calendrier, ce décès intervient au lendemain de la décision de l'Agence nationale des produits de santé d'interdire plusieurs modèles d'implants mammaires (l'ANSM). Des prothèses macro-texturées ou en polyuréthane soupçonnées de provoquer une forme très rare de cancer. 70.000 femmes sont porteuses de ces prothèses. 

La consigne des autorités sanitaires est de ne pas les retirer tant qu'il n'y a pas de signes inquiétants (douleurs aux seins, augmentation du volume ou épanchements). L'agence du médicament a mis en place un numéro vert : 0 800 71 02 35.