Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Jean-Claude Romand a quitté la prison de Saint-Maur ce vendredi matin, après 26 ans de détention

Jean-Claude Romand, le plus célèbre détenu de la maison centrale de Saint-Maur, à quitté l'établissement tôt ce vendredi matin dans un véhicule banalisé. Le faux médecin de l'OMS avait été condamné à perpétuité pour avoir assassiné en 1993 cinq membres de sa famille.

Jean-Claude Romand, lors de son procès en 1996.
Jean-Claude Romand, lors de son procès en 1996. © AFP - PHILIPPE DESMAZES

Châteauroux, France

C'est dans un véhicule banalisé, à 3h30 ce vendredi matin, que Jean-Claude Romand a quitté la maison centrale de Saint-Maur près de Châteauroux. C'est ce qu'a indiqué une source judiciaire à nos confrères de franceinfo.

Jean-Claude Romand, plus célèbre détenu de Saint-Maur, avait été condamné à perpétuité pour avoir assassiné en 1993, après 19 ans de mensonges, sa femme, ses deux enfants et ses parents.

Le tribunal d'application des peines de Châteauroux avait rejeté sa demande de libération conditionnelle le 8 février dernier 2019. Jean-Claude Romand avait alors fait appel de cette décision. Il avait plaidé sa cause pendant plus de 3 heures le 3 avril 2019, en visioconférence avec le palais de justice de Bourges depuis sa cellule de la prison de Saint-Maur.

Sous surveillance électronique pendant deux ans

Le faux médecin de l'OMS, aujourd'hui âgé de 65 ans, a pris la direction de l'abbaye de Fontgombault, dans l'Indre, selon une source proche du dossier. Il doit être placé sous surveillance électronique pendant une période probatoire de deux ans, avant d'être soumis pendant dix ans à des mesures d'assistance et de contrôle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu