Faits divers – Justice

Jean-Luc Roméro : "La loi Leonetti sur la fin de vie est un échec"

Par Olivier Uguen et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque mercredi 11 juin 2014 à 8:20

Jean-Luc Roméro, président de l'ADMD
Jean-Luc Roméro, président de l'ADMD © Maxppp

Les partisans de la légalisation de l'euthanasie pourraient profiter du procès Bonnemaison, qui ouvre ce mercredi à Pau, pour rouvrir le vif débat sur la fin de vie. Président de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité, Jean-Luc Roméro, pour qui la "la loi Leonetti est un échec", invite François Hollande à "honorer ses promesses".

tous nos articles sur le procès Bonnemaison

Invité de France Bleu Pays Basque ce mercredi matin, Jean-Luc Roméro réaffirme son soutien au médecin urgentiste Nicolas Bonnemaison, jugé à partir de ce mercredi par la Cour d'assises des Pyrénées Atlantiques pour "empoisonnement" de sept "personnes particulièrement vulnérables", entre mars 2010 et juillet 2011, alors qu’il dirigeait une unité du service des urgences de l’hôpital de Bayonne.

"Ce serait absolument incroyable que le Dr Bonnemaison soit condamné, parce que cet homme a fait ça par compassion, et parce que la loi Leonetti ne lui donnait pas les éléments pour pouvoir faire les choses ". "C'est bien pour ça qu'il faut une autre loi ", estime-t-il au micro de Paul Nicolaï.

ÉCOUTER - Jean-Luc Roméro invité de France Bleu Pays Basque.

Procès Bonnemaison : Jean-Luc Roméro invité de France Bleu Pays Basque (1re partie)

Procès Bonnemaison : Jean-Luc Roméro invité de France Bleu Pays Basque (2e partie)

Votée en 2005, la loi Leonetti devrait occuper une large part des débats pendant toute la durée du procès. Le Dr Bonnemaison est en effet accusé de ne pas avoir respecté la législation, en agissant vraisemblablement sans que ses patients ou leur famille puissent exprimer leur souhait, et sans prendre l'avis de confrères.

Pour Jean-Luc Roméro, l'objectif initial de la loi Leonetti "d'arrêter l'acharnement thérapeutique et d'avoir plus de soins palliatifs " est loin d'être atteint. Par ailleurs, "cette loi a mis les médecins - qui n'en demandent pas tant - au centre. Aujourd'hui il faut une loi qui soit faite pour tous ceux qui vont mourir, et qui mette au centre celui qui meurt et non ceux qui sont autour de lui ".

Alors que François Hollande, alors candidat à l'élection présidentielle, promettait en 2012 le vote d'une nouvelle loi pour "que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ", le président de l'ADMD appelle le président de la République à "honorer sa promesse ". "Le président promet sans arrêt un projet de loi sur la fin de vie, qu'on ne voit pas venir ".

À LIRE AUSSI ► Jean Leonetti favorable à "une amélioration" de sa loi sur la fin de vie ► Euthanasie : tout savoir le procès BonnemaisonNicolas Bonnemaison a bien respecté la loi Leonetti, selon son avocat