Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Jean-Marc Florand, avocat de la famille d'Alexia Daval : "C'est tout sauf un accident"

mercredi 31 janvier 2018 à 11:08 Par Rachel Noël, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

L'avocat de la famille d'Alexia Daval, Jean-Marc Florand, a indiqué ce mercredi que les parents d'Alexia étaient totalement dévastés et voudraient maintenant comprendre. Son mari a avoué mardi, après sa garde à vue, l'avoir tuée "par accident". Son corps avait été retrouvé en octobre 2017 à Gray.

Jean-Marc Florand, l'avocat de la famille d'Alexia Daval lors de la conférence de presse à Besançon suite aux aveux de Jonathann
Jean-Marc Florand, l'avocat de la famille d'Alexia Daval lors de la conférence de presse à Besançon suite aux aveux de Jonathann © Maxppp - Bruno GRANDJEAN

Besançon, France

L'avocat de la famille des parents d'Alexia Daval, Me Jean-Marc Florand a expliqué ce mercredi matin lors d'une conférence de presse à Besançon l'état d'esprit des parents et sa lecture du dossier. Alexia Daval a été retrouvée morte fin octobre dans un bois de Haute-Saône. Son mari, Jonathann Daval a été mis en examen pour le meurtre de sa femme ce mardi soir.

Les parents sont dévastés

"C’est un garçon constant, c’est leur gendre, il faisait partie de leur famille" explique Me Jean-Marc Florand. Il ajoute que pour eux, "le coup a été très dur à encaisser car ils avaient une confiance absolue en Jonathann".

"Aujourd’hui, autour de la table familiale, il y a deux assiettes de moins. C’est comme si c’était un accident de voiture avec deux morts. Une est définitivement retranchée de la communauté des vivants et un autre qui va être emmuré vivant dans un certain nombre d’années", ajoute l'avocat.

Ce n'est pas un accident"

Me Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval a expliqué mardi que son client avait tué Alexia "par accident". Un système de défense qui ne tient pas pour Me Jean-Marc Florand  : "Objectivement, ce n’est pas un accident. C’est tout sauf un accident. Un certain nombre de pièces médicales le disent. Quand vous étranglez quelqu’un à main nues, et que vous voyez ses yeux à deux centimètres des vôtres, on ne peut pas dire que c’est un accident".

Il est aussi revenu sur ces trois mois durant lesquels Jonathann Daval s'est mis dans la peau du veuf éploré. "Quand vous revoyez rétrospectivement les pleurs, la conférence de presse, la marche blanche, l’enterrement (...) le rhabillage, la comédie mortelle qu’il a joué lui coûtera très cher dans l’esprit des jurés. C’est cela qui fera la différence entre 25 ans et la perpétuité".

Les aveux de monsieur Daval sont un début sur le chemin de la vérité. Il faudra qu’il se rapproche davantage des réalités objectives - Jean -Marc Florand

Pour Jean-Marc Florand, les parents n’avaient rien remarqué de symptomatique qui aurait permis de penser que leur fille était en danger. La personnalité effacée de Jonathann face à la personnalité de battante de sa femme ne peut pas expliquer de tels actes.

L’avocat estime aussi que les médicaments que prenait Alexia peuvent avoir des effets secondaires en termes de sautes d’humeur. 

Pour lui, il reste encore beaucoup de choses à éclaircir et de nombreuses questions restent en suspens.

"Est-ce qu’elle a souffert ? Pourquoi elle était en tenue de joggeuse ? C’est ce qu’on va savoir dans le dossier".

Concernant les dénégations de Jonathann sur le fait qu'il ait brûlé le corps l'avocat estime qu'il y a encore du chemin à faire pour qu'il dise toute la vérité : " Soit c’est lui qui l’a brûlé, c'est probable, soit il a un complice, c'est possible, mais il n’y a pas d’autres solutions".

A LIRE - Affaire Alexia Daval, chronologie d'un mystère