Faits divers – Justice

Jean-Marc Morandini mis en examen pour corruption de mineurs

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 23 septembre 2016 à 10:21 Mis à jour le vendredi 23 septembre 2016 à 13:24

Jean-Marc Morandini a d'abord été mis en cause dans une enquête du magazine Les Inrockuptibles
Jean-Marc Morandini a d'abord été mis en cause dans une enquête du magazine Les Inrockuptibles © Maxppp - Thomas Padilla

L'animateur Jean-Marc Morandini a été mis en examen, vendredi midi, pour corruption de mineurs aggravée. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

L'animateur vedette d'Europe 1 Jean-Marc Morandini, âgé de 51 ans, a été mis en examen ce vendredi midi pour corruption de mineurs, et placé sous contrôle judiciaire. Le producteur de télévision est en garde à vue depuis 48 heures dans les locaux de la Brigade de protection des mineurs. Elle a été saisie de cette enquête ouverte fin juillet par le parquet de Paris. Jean-Marc Morandini est visé par des plaintes déposées en juillet et septembre par deux jeunes hommes, mineurs à l'époque des faits qu'ils dénoncent.

Propositions sexuelles et incitation à se dénuder ?

Confronté jeudi à ses accusateurs, il a contesté les faits reprochés, selon une source proche de l'enquête. L'animateur est accusé d'avoir fait des propositions sexuelles, notamment par SMS, à l'un en 2012 et 2013, et d'avoir invité l'autre plaignant à poser nu pour une séance de photos en 2009, dans le cadre d'un casting, selon la même source. Cette figure populaire des ondes et des plateaux est en pleine tourmente depuis les révélations des Inrockuptibles en juillet sur des castings controversés pour la websérie osée qu'il produit, "Les Faucons".

Accusations "mensongères et diffamatoires"

Des comédiens l'accusent notamment d'avoir profité des castings pour les pousser à s'exhiber nus. Soupçonné de harcèlement sexuel, l'animateur fait l'objet d'une enquête distincte depuis début août sur cette affaire dans laquelle cinq jeunes comédiens, majeurs, ont porté plainte.

Jean-Marc Morandini avait dénoncé fin juillet des accusations "parfaitement mensongères et diffamatoires" et "une manipulation". Face à la polémique, Europe 1 et Canal+ ont retardé la participation de l'animateur à leurs émissions.