Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Jean-Pierre Marongiu, le Mosellan emprisonné durant plus de 4 ans au Qatar

"Respirer enfin cet air de liberté" : Jean-Pierre Marongiu est rentré à Metz après cinq ans de prison au Qatar

dimanche 8 juillet 2018 à 19:41 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Le train l'a déposé en gare de Metz ce dimanche à 18h11. Ça y est, Jean-Pierre Marongiu est de retour après quatre ans et dix mois de prison au Qatar. L'entrepreneur mosellan avait été condamné pour des chèques sans provision. "Un soulagement tant rêvé" pour lui et ses proches.

"Pendant six ans, je pensais à eux tous les jours," confie Jean-Pierre Marongiu en sortant de la gare de Metz pour retrouver ses proches.
"Pendant six ans, je pensais à eux tous les jours," confie Jean-Pierre Marongiu en sortant de la gare de Metz pour retrouver ses proches. © Radio France - Lucas Valdenaire

Metz, France

"C'est un soulagement tellement espéré, tellement rêvé, et puis se trouver face à la réalité, c'est incroyable." Voilà les premiers mots de Jean-Pierre Marongiu à la sortie de son train. Le Mosellan n'avait pas retrouvé Metz et les siens depuis près de six ans.

"La douceur de l'air"

Trois jours après son expulsion du Qatar, Jean-Pierre Marongiu est donc arrivé en Lorraine ce dimanche soir. Cet entrepreneur dont l'épouse et les deux enfants habitent à Metz, est resté emprisonné dans ce pays du golfe pendant près de cinq ans. A l'époque, les comptes de son entreprise avaient été vidés, selon lui, par son associé qatari. Là-bas, les chèques sans provision sont sévèrement punis. Le Mosellan avait été condamné et emprisonné en quelques jours. Lui, a toujours clamé son innocence. Le voilà de retour auprès de sa famille.

"La douceur de l'air, c'est incroyable. Respirer cet air qui a l'odeur de la liberté c'est indescriptible, confie-t-il à son arrivée en gare de Metz. Retrouver les images, retrouver les gens, retrouver la langue, et retrouver sa famille."

"Ce sol français, je ne sais pas si les gens qui vivent en France en connaissent la valeur. Mais il n'y a pas que le sol, il y a aussi la liberté, les idées, la tolérance et puis, il y a l'amour".

"On va essayer de rattraper le temps perdu," assure Jean-Pierre Marongiu aux côtés de sa femme Isabelle. - Radio France
"On va essayer de rattraper le temps perdu," assure Jean-Pierre Marongiu aux côtés de sa femme Isabelle. © Radio France - Lucas Valdenaire

"Ça y est, c'est fini"

Au Qatar, Jean-Pierre Marongiu n'avait qu'une obsession : retrouver ses proches au plus vite. "Pendant six ans, j'ai pensé à eux tous les jours," confie-t-il. Au réveil, je pensais à ma femme, à mes enfants et à ce moment où on se retrouverait. La fuite des heures, c'était quelque chose que je ne comptabilisais pas."

"Je sais que je vais craquer, mais je ne sais pas exactement quand. J'ai encore un fils à voir. Ce sera peut-être à ce moment-là quand je verrai tout le monde et que je me dirai, ça y est, c'est fini".

Un autre de ses fils est venu l'accueillir ce dimanche soir en gare de Metz. Un choc pour la maman Isabelle Marongiu : "C'est un de nos fils qui est plus grand que mon mari maintenant ! C'est incroyable, j'ai les larmes aux yeux."

"Il était à la moitié de ma taille et maintenant il fait une taille de plus, s'exclame Jean-Pierre Marongiu. Alors, c'est génial ! Mais ça fait mal tout ce temps perdu, ces heures perdues. Tous ces instants où je n'étais pas avec eux. Mais on va essayer de rattraper ça."

"Reprendre le travail au plus vite"

Aujourd’hui, l'entrepreneur assure que sa situation a été complètement régularisée. "C'est fini, tout a été éclairé et j'ai été gracié sur la totalité des supposés chèques sans provision. Ils ont trouvé à ma sortie des cas de paiements d'électricité (forcément je ne pouvais pas payer, j'étais en prison) mais les autorités ont décidé de tout annuler et de me faire partir immédiatement."

Désormais, Jean-Pierre Marongiu a l'intention de reprendre le travail en consulting et en management. "Les économies de toute une vie se sont volatilisées. Il ne faut surtout pas que je m'arrête, l'avenir est devant moi. Et puis, dans ma valise j'ai plein de publications de prévues. J'ai bientôt rendez-vous avec mon éditeur".

"Je tiens enfin à remercier tous les gens qui m'ont envoyé des messages de soutien, ça m'a permis de tenir et je ne les oublierai pas".

DOSSIER COMPLET - A retrouver ici.