Faits divers – Justice

Jérôme Valcke, numéro 2 de la Fifa, relevé de ses fonctions et visé par une enquête interne

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 18 septembre 2015 à 9:05

© Max PPP

Nouvelle secousse à la Fifa, qui ébranle son sommet : son numéro 2, le Français Jérôme Valcke, bras droit du président démissionnaire Joseph Blatter, a été suspendu jeudi après avoir été accusé d'être impliqué dans un système de revente massive de billets au marché noir.

La Fédération internationale de football (Fifa) a indiqué jeudi avoir "pris connaissance d'une série d'allégations impliquant le secrétaire général et demandé qu'une enquête officielle soit menée par la Commission d'éthique". Le Français Jérôme Valcke, numéro 2 de l'organisation, a ainsi été relevé de ses fonctions. 

Après Blatter, son bras droit

Ces accusations émanent de la presse anglaise et du Daily Mail : le journal affirme que le Français est impliqué dans une affaire de revente sur le marché noir de milliers de places lors de la dernière Coupe du Monde au Brésil en 2014. 

Jérôme Valcke a nié "vigoureusement" ces accusations selon son avocat américain qui, dans un communiqué, évoque "des allégations fabriquées". Avec la mise à l'écart de Jérôme Valcke, c'est un proche de Joseph Blatter qui perd son poste, alors que la Fifa est empêtrée dans le plus grand scandale de corruption de son histoire depuis l'arrestation de plusieurs de ses hauts dirigeants à Zurich en mai juste avant le Congrès électif. Réélu pour un 5e mandat, Sepp Blatter avait dû démissionner le 2 juin en raison du scandale planétaire, et 14 personnes ont été inculpées par la justice new-yorkaise.

Nouveau coup dur en pleine campagne électorale

Le départ du dirigeant français intervient en pleine campagne électorale pour la présidence de la Fifa, le 26 février prochain à Zurich. La succession de Joseph Blatter met aux prises notamment le président de l'UEFA Michel Platini, le grand favori, le prince jordanien Ali, le Brésilien Zico, le milliardaire sud-coréen et ex-vice-président de la Fifa Chung Mong-joon et le président de la Fédération libérienne Musa Bility. Tous les candidats disent vouloir rompre avec les méthodes du passé incarnées par Blatter et Valcke.