Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Joggeuse de Bouloc : début du procès en appel de Laurent Dejean, meurtrier présumé de Patricia Bouchon en 2011

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le procès en appel de Laurent Dejean débute ce lundi devant la cour d'assises du Tarn à Albi. Le quadragénaire est accusé du meurtre de Patricia Bouchon le jour de la Saint-Valentin, le 14 février 2011 à Bouloc au nord de Toulouse. Condamné en 2019 à 20 ans de réclusion criminelle, il nie les faits.

Accusé du meurtre de Patricia Bouchon en 2011, Laurent Dejean a été condamné le 29 mars 2019 à 20 ans de réclusion criminelle. Il a toujours nié les faits.
Accusé du meurtre de Patricia Bouchon en 2011, Laurent Dejean a été condamné le 29 mars 2019 à 20 ans de réclusion criminelle. Il a toujours nié les faits. © Maxppp - Nathalie Saint-Affre

Le procès en appel de Laurent Dejean débute ce lundi 28 juin 2021 devant la cour d'assises du Tarn à Albi. Il y a 40.000 cotes au dossier, 70 témoins appelés à la barre, l'audience va durer deux semaines. Le quadragénaire est accusé du meurtre de Patricia Bouchon le jour de la Saint-Valentin, le 14 février 2011 à Bouloc, au nord de Toulouse. Une affaire qui a bouleversé la région. La mère de famille de 49 ans était simplement partie faire son jogging quand elle a croisé le chemin de son meurtrier. Condamné en première instance à 20 ans de réclusion criminelle, Laurent Dejean nie les faits.

À l'occasion du premier procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne en 2019, France Bleu Occitanie avait publié cette vidéo retraçant les grandes étapes de cette affaire hors norme :

Une erreur judiciaire selon la défense

L'avocat de Laurent Dejean parle d'erreur judiciaire. Il estime que son client doit être acquitté, comme l'avait requis d'ailleurs l'avocat général en première instance. Alors qu'en droit c'est la présomption d'innocence qui prévaut, maître Karim Chebbani estime que lors du premier procès à Toulouse en 2019, c'est la présomption de culpabilité qui l'a emporté : "Mon client est étranger à ce crime. Dans cette affaire, on peut très sereinement parler d'une véritable erreur judicaire dont on espère qu'elle sera réparée. Mon client a expliqué de façon constante qu'il était étranger à ce meurtre. La partie adverse n'a jamais démontré qu'il aurait pu être en lien avec les faits commis." Selon Karim Chebbani, "on se retrouve dans un système de présomption de culpabilité qui est profondément illégal".

Maître Karim Chebbani assure la défense de Laurent Déjean pour ce procès en appel.
Maître Karim Chebbani assure la défense de Laurent Déjean pour ce procès en appel. © Radio France - Pascale Danyel

En 2011, le corps de Patricia Bouchon est retrouvé 44 jours après sa disparition à 12km de Bouloc où la mère de famille était partie courir. Il est retrouvé sur la commune de Villematier, dissimulé dans une buse d'eaux pluviales. Il porte des marques de strangulation, un gant est enfoncé dans la bouche. L'autopsie révèle des coups violents. 

Pas de preuves matérielles liant l'accusé au crime

Aucun ADN en lien avec l'accusé. Des témoins auditifs qui entendent un homme dire "excuse-moi, je veux pas en arriver là" et cette Clio aperçue au petit matin à Bouloc. L'accusé possédait le même modèle avant de le mettre à la casse. "Pas de preuve matérielle, pas de certitude" martèle maître Chebbani.

Laurent Dejean est présenté par le voisinage comme quelqu'un de spécial, d'étrange, interné d'office par le passé. Il est sous curatelle. Depuis le meurtre de Patricia Bouchon, son état s'est dégradé. Son avocat parle de schizophrénie. La famille de la victime elle attend des aveux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess