Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Joigny : la colère et la tristesse de Sylvia après le vol de ses trois brebis : lfotudoi, Titmère et Latuche

-
Par , France Bleu Auxerre

Dans la nuit de mardi à mercredi, trois brebis ont disparu dans la bergerie de Sylvia à Joigny (89). Elle n'élève qu'une dizaine d'ovins pour entraîner ses chiens, mais ces petites boules de laine sont des membres à part entière de la famille. Depuis leur disparition, Sylvia est morte d'inquiétude.

Trois des treize brebis que comptait le troupeau de Sylvia ont été volées dans la nuit de mardi à mercredi dans sa bergerie.
Trois des treize brebis que comptait le troupeau de Sylvia ont été volées dans la nuit de mardi à mercredi dans sa bergerie. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Jamais elle n'aurait pensé qu'on puisse voler ses brebis. Sylvia, une habitante de Joigny, dans l'Yonne, n'en revient toujours pas. Dans la nuit de mardi à mercredi une ou plusieurs personnes se sont introduites dans la bergerie et ont volé trois ovins. L'une des brebis étaient sur le point de mettre bas, une autre nourrissait encore son petit agneau.

Depuis leur disparition Sylvia est partagée entre l'inquiétude, la tristesse et la colère. D'autant plus, que la bergerie se situe à 200 mètres à peine de la maison de Sylvia et qu'elle est entourée d'habitations. 

La colère, la tristesse et l'incompréhension de Sylvia, après le vol de ses trois brebis.

Une brebis était sur le point d'agneler, une autre élevait encore son agneau !

Dans la bergerie, le reste du troupeau, lui aussi, est inquiet. Les brebis bêlent, s'agitent. Elles cherchent encore leurs congénères : Ilfotudoi ( qui venait d'avoir un agneau), Titmère (qui était sur le point d'agneler) et Latuche. Le vol a eu lieu en pleine nuit, tout près de la maison de Sylvia et de son mari, au bout de la rue. C'est le propriétaire du terrain où se trouve les brebis qui l'a prévenue après avoir entendu le bêlement d'un agneau. Il pense alors que Sylvia a oublié de rentrer une de ses brebis la veille au soir, mais Sylvia, elle, en est sûre, elle n'a pas pu oublier l'une de ses petites protégées à l'extérieur.

À son arrivée, elle découvre un petit agneau dans le pré. "En entrant j'ai vu tout de suite qu'il manquait une maman" explique Sylvia, qui pense alors que la brebis s'est échappée à l'extérieur, " C'est en me tournant vers la deuxième partie de la bergerie que j'ai vu que le nombre n'y était pas !"

L'une des brebis volées élevait encore son petit agneau. Celui-ci ( noir ) doit être élevé par une autre brebis qui a, pour l'instant, du mal à l'adopter.
L'une des brebis volées élevait encore son petit agneau. Celui-ci ( noir ) doit être élevé par une autre brebis qui a, pour l'instant, du mal à l'adopter. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Des membres à part entière de la famille

Selon la propriétaire du troupeau, il fallait être au moins deux pour parvenir à attraper les ovins, ouvrir les trois portes de la bergerie et approcher suffisamment près avec la camionnettes ou la voiture. Alors Sylvia culpabilise "Ca fait deux jours que je ne dors pas !" lance la jovienne, les larmes aux yeux, "je leur ai laissé la possibilité de se servir".

Si elle ne décolère pas, c'est aussi parce que, depuis quatre ans, ces brebis sont des membres à part entière de la famille. Sylvia vient presque chaque jour les voir, elle connaît chacune des 13 brebis ( 10 désormais !) que compte le troupeau. "On prend du temps, on s’asseoit dans la bergerie, on les regarde, on leur parle. C'est un peu bucolique ce que je vais dire mais ... c'est apaisant ! ". 

Sylvia élève un troupeau d'une dizaine de brebis dans une bergerie située à quelques pas de sa maison à Joigny.
Sylvia élève un troupeau d'une dizaine de brebis dans une bergerie située à quelques pas de sa maison à Joigny. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Des brebis impropres à la consommation

Les brebis de Sylvia l'aident à entraîner ses chiens, des border collie, pour des concours. Elle a choisi pour cela une race qui n'est pas destinée à la consommation. D'où son incompréhension ! Pour elle, c'est bien simple : les voleurs n'y connaissent rien. "Morphologiquement elles n'ont pas la viande, les gigots auxquels on peut s'attendre. Elles travaillent, elles courent, donc les muscles sont très durs" explique-t-elle, tout en se demandant si il ne s'agit d'un vol pour éco-pâturer un pré ou un jardin, c'est-à-dire pour utiliser ses brebis comme des tondeuses " C'est très à la mode en ce moment ! " souligne Sylvia qui s'agace " Mais pour cela, il n'y a pas besoin de les voler ! Moi ils venaient me voir, ils venaient me demander, j'aurai même pu leur en donner une." 

Sylvia utilise ses brebis pour entraîner ses chiens : " elles n'ont pas la viande, les gigots auxquels on peut s'attendre. Elles travaillent, elles courent, donc les muscles sont très durs"
Sylvia utilise ses brebis pour entraîner ses chiens : " elles n'ont pas la viande, les gigots auxquels on peut s'attendre. Elles travaillent, elles courent, donc les muscles sont très durs" © Radio France - Delphine-Marion Boulle

La colère de Sylvia est d'autant plus forte qu'au mois de septembre des chiens avaient attaqué le troupeau et blessé sérieusement deux de ses brebis. Elle avait, depuis, laissé son numéro aux voisins de la bergerie. Sylvia a déposé plainte, mais en attendant que l'enquête des gendarmes aboutisse elle a décidé de renforcer la sécurité de la bergerie et de dormir à l'entrée du terrain, au plus près de ses petites protégées. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess