Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Alexia : "Je voulais qu'elle se taise" déclare Jonathann Daval au psychiatre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu, France Bleu Bourgogne

Jonathann Daval a raconté à un psychiatre la nuit du meurtre d'Alexia en octobre 2017. Une deuxième expertise que révèle Le Point. Dans ce rapport, il affirme qu'il recevait des coups et des insultes à cause de ses problèmes d'érection. Il aurait étranglé sa femme pour qu'elle se taise.

Jonathann Daval lors des obsèques d'Alexia à Gray, plusieurs mois avant son arrestation.
Jonathann Daval lors des obsèques d'Alexia à Gray, plusieurs mois avant son arrestation. © Radio France - Jean-François Fernandez

Gray, France

Jonathann Daval voulait qu'Alexia se taise et c'est pour cela qu'il l'aurait tuée. Révélation glaçante de la deuxième expertise psychiatrique que le journal Le Point (lien payant) a pu se procurer et publie ce mardi, quelques jours après la date anniversaire du meurtre de la jeune femme, dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017.

Des problèmes d'érection

Dans ce rapport, on découvre un garçon à la personnalité obsessionnelle. L'expertise en dit aussi long sur ce qui aurait déclenché le meurtre, selon le meurtrier présumé d'Alexia Daval : les problèmes conjugaux du couple. Jonathann avait des problèmes d'érection, ce qui lui valait, dit-il, des coups et des insultes. Devant le psychiatre, Jonathann a même évoqué une côte cassée, ce dont il n'avait jamais parlé auparavant. 

Je voulais qu'elle se taise" - Jonathann Daval au psychiatrique

Au fil des mois, Jonathann Daval se serait alors refermé sur lui même jusqu'à la nuit du meurtre, il y a un peu plus de deux ans. Cette nuit là, Alexia lui aurait lancé : "T'es pas un homme !" avant de lui asséner des coups de pieds et de poing. Jonathann a alors craqué. Dans l'expertise, le meurtrier raconte : "Elle m'a frappé, m'a insulté, alors je l'ai bloquée, je l'ai étranglée, je voulais qu'elle se taise".

Cette confession glaçante de Jonathann Daval risque certainement de devenir sa ligne de défense lors du procès prévu au printemps 2020 : accuser finalement la jeune femme de l'avoir poussé à bout et troquer son costume de meurtrier avec celui de la victime.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu