Faits divers – Justice

Joseph Gaulhier condamné à neuf ans de prison

Par Fanny Beaurel, France Bleu Creuse mardi 13 octobre 2015 à 21:46

Palais de justice de Guéret
Palais de justice de Guéret © Radio France - Alexandre Chassignon

La cour d'Assises de la Creuse a condamné ce mardi soir l'agriculteur retraité de 79 ans à neuf ans de prison. Il comparaissait depuis lundi après-midi pour l'assassinat de la compagne de son fils le 26 juin 2013 chez lui à Toulx-Sainte-Croix.

Joseph Gaulhier a toujours reconnu avoir tué Marie-Thérèse Lafont, 48 ans. Ce vieillard en partie sourd a réitéré ses aveux devant la cour d'Assises de la Creuse. "Quand avez-vous décidé de tuer Marie-Thérèse Lafont ?" lui demande le président. "Dix à 15 jours avant, j'ai préparé le fusil, je peux pas vous le cacher" répond l'accusé. Ce 26 juin 2013, Il est convaincu que la compagne de son fils veut vendre un tracteur de la ferme après avoir déjà vendu les 35 vaches de l'exploitation. il ne le supporte pas. Quand il l'entend venir chercher le tracteur en question, "j'ai été chercher le fusil aussi sec, c'est là que je l'ai tué. ça a été plus fort que moi. Si elle n'avait pas voulu vendre le tracteur , elle serait encore là". Il l'abat d'un coup de fusil dans l'épaule à l'entrée de la grange, "il ne lui a laissé aucune chance"  dira l'avocat général.

Cet homme faisait passer sa terre avant les gens - L'avocat général

Cette femme, il la détestait, comme il l'explique ; "elle me battait. Elle avait interdit notre fils de nous voir depuis un an. Elle voulait liquider l'exploitation". L'exploitation en question, c'est toute la vie de Joseph Gaulhier, son identité, rappelle son avocate, Maître Virginie Turpin. "Cela l'autorise-t-il à tout ?" demande l'avocat général. "Cet homme là faisait passer sa terre et son patrimoine avant les gens".  

Après plus de trois heures de délibération la cour a décidé de le condamner à 9 ans de prison. Elle retient la préméditation mais aussi l'altération de son discernement en raison de troubles psychiques.  Elle est allée au-delà des réquisitions de l'avocat général qui avait demandé huit ans de prison dont trois avec sursis.   

Un peine trop lourde pour Maitre Virginie Turpin, avocate de la défense