Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Joué-lès-Tours : Les incendies de voitures se poursuivent

samedi 10 novembre 2018 à 7:50 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Touraine

Depuis la fin octobre, les incendies de véhicules se multiplient dans le quartier de la Rabière, à Joué-lès-Tours. Deux nouvelles voitures ont été détruites dans la nuit de jeudi à vendredi.

Deux voitures ont été incendiées à Joué-lès-Tours dans la nuit de jeudi à vendredi.
Deux voitures ont été incendiées à Joué-lès-Tours dans la nuit de jeudi à vendredi. © Maxppp - Fred HASLIN/PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD

Joué-lès-Tours, France

Les voitures continuent de bruler, à Joué les tours. Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux véhicules ont été incendiés, dans le quartier de la Rabière.

Depuis la soirée d'Halloween, le 31 octobre, les incendies volontaires se multiplient. Le maire, Frédéric Augis a annoncé porter plainte à chaque véhicule détruit. 

Selon les informations de nos confrères de France 3 dans un article publié lundi 5 novembre, 43 véhicules auraient été ainsi incendiés en une semaine. Le maire de Joué-lès-Tours réfute et évoque "environ 25 voitures détruites". Des CRS ont été déployés sur place cette semaine pour ramener le calme dans le quartier populaire. 

L'élu a convoqué une douzaine de familles dont les enfants feraient partie d'une bande de jeunes. "Je leur ai rappelé les valeurs de la République et leur ait exprimé ma position : je ne veux pas de groupes de mineurs dans les rues de la ville tard le soir, détaille Frédéric Augis. "Mais je ne suis pas la police."