Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression d'un photographe à Reims : un homme mis en examen pour "tentative de meurtre aggravé"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Quatre jours après l'agression du photojournaliste Christian Lantenois, le procureur de la République annonce la mise en examen d'un homme de 21 ans. Il est poursuivi pour "tentative de meurtre aggravée". Il aurait porté les coups, avec les poings et l'appareil photo de la victime.

Le Procureur de la République de Reims, Mathier Bourrette
Le Procureur de la République de Reims, Mathier Bourrette © Radio France - Stéphane Maggiolini

L'agression de Christian Lantenois a été extrêmement rapide : "57 secondes", selon le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette, qui commence sa conférence de presse ce mercredi avec ces mots : "Mes premières pensées vont à Christian Lantenois, dont le pronostic vital reste très sérieusement engagé".

Samedi dernier, le photojournaliste de l'Union rejoint une collègue dans le quartier Croix-Rouge parce qu'ils ont eu vent d'une rixe en préparation. Resté près de sa voiture, sur le parking de la médiathèque, Christian Lantenois tente de prendre des photos d'un groupe d'individus. Très vite repéré, un premier individu s'approche de lui en courant et lui assène plusieurs coups à la tête, dont un alors qu'il était au sol. 

M. Lantenois a été agressé parce qu’il était journaliste, sa présence gênait le groupe d'individus, dit le Procureur de Reims

Les coups sont portés avec les poings, mais aussi avec l'appareil photo de Christian Lantenois. Une agression qui ne dure que quelques secondes, mais dont les conséquences sont impressionnantes : "Monsieur Lantenois a un traumatisme crânien très sévère, une fracture du rocher, un hématome sous-dural, une hémorragie cérébrale", précise Mathieu Bourrette, "il a été placé en coma artificiel. Son pronostic vital reste particulièrement engagé".

L'homme interpellé avait déjà été condamné à huit reprises

Une trentaine d'individus étaient présents sur les lieux au moment des faits et si plusieurs d'entre eux se sont approchés du photojournaliste de l'Union, un seul aurait porté les coups. C'est lui qui a été interpellé ce lundi 1er mars. Il s'agit d'un homme de 21 ans, Anis-Said K. De nationalité algérienne, il a grandi en Espagne et vivait depuis trois ans à Reims dans le quartier Croix-Rouge.

Le procureur de la République de Reims annonce sa mise en examen pour "tentative de meurtre aggravé". Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Lors de sa garde à vue, le suspect a gardé le silence, refusant même parfois de sortir de sa cellule. Aucune audition n'a été possible. Déjà connu de la justice, il a déjà été condamné à huit reprises pour vols, violences et trafic de stupéfiants notamment. En fin de journée, l'homme a été placé en détention provisoire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un autre suspect recherché

Les caméras de vidéosurveillance ont permis d'identifier un deuxième homme qui a participé à l'agression, mais à ce jour il n'a pas été interpellé. "La dynamique de l'enquête doit permettre d'interpeller d'autres mis en cause", indique Matthieu Bourrette, qui précise que les faits sont "aggravés" par le fait que les individus préparaient une entreprise belliqueuse

Selon le procureur de la République, des battes de baseball et des clubs de golf avaient été achetés le matin même dans un magasin de sport de la ville et des pierres avaient été déplacées pour ralentir la police : "Ils voulaient se battre avec d'autres bandes et la présence du journaliste les gênait". La carte mémoire de l'appareil photo de Christian Lantenois n'a d'ailleurs pas été retrouvée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess