Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Journée "justice morte" : aucune audience aux barreaux de Limoges, Tulle et Brive

mardi 15 janvier 2019 à 5:36 Par Jérôme Collin, France Bleu Limousin

Les barreaux de Limoges, Tulle et Brive participent à la journée justice morte, organisée ce mardi 15 janvier. Il n'y aura donc aucune audience. Le projet de loi justice est vivement contesté.

Le palais de justice de Limoges
Le palais de justice de Limoges © Radio France - Nathalie Col

Limousin, France

Les professionnels de justice se mobilisent contre le projet de loi justice, dont l'examen par l'Assemblée nationale débute ce mardi 15 janvier. Les magistrats et avocats appellent à une journée justice morte. À Limoges et à Tulle, le barreau a décidé de participer à ce mouvement de grève. Il n'y aura donc aucune audience

Ce texte de loi est particulièrement critiqué pour deux raisons : la crainte d'une disparition de certaines juridictions, notamment dans les zones les plus rurales ; et puis le fait que des petites litiges civils seront réglés lors de jugements sans audience, grâce à une procédure en ligne. "Nous luttons contre une dématérialisation à outrance. Le tout-numérique conduit à la déshumanisation entre le justiciable et son juge. Et puis _avec la fracture numérique, certains ne peuvent pas accéder à ce service dématérialisé_", dénonce Frédéric Olivé, le bâtonnier du barreau de Limoges.

Un grand débat national sur la justice ?

Hasard du calendrier, le grand débat national voulu par Emmanuel Macron pour écouter la colère des gilets jaunes débute ce mardi 15 janvier. Les professionnels de justice veulent profiter de cette aubaine pour se faire entendre. "Faisons que le projet de loi que nous critiquons sorte du champ parlementaire et que nous puissions participer nous aussi à un grand débat national", réclame Maître Frédéric Olivé, bâtonnier du barreau de Limoges.

La justice est le service public essentiel au fonctionnement d'une démocratie et d'une Nation"