Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Journée "Justice portes ouvertes" : des lycéens de Saint-Etienne poussent la porte de leur tribunal

Par

C'était ce mardi 29 juin la journée "Justice portes ouvertes". L'occasion pour huit lycéens stéphanois de pénétrer le tribunal de Saint-Etienne pour comprendre le rôle de la justice, découvrir ses différents métiers et assister à une audience.

Huit lycéens stéphanois ont enfilé la robe d'avocat ou de procureur le temps d'une journée portes ouvertes ce mardi 29 juin au tribunal de Saint-Etienne. Huit lycéens stéphanois ont enfilé la robe d'avocat ou de procureur le temps d'une journée portes ouvertes ce mardi 29 juin au tribunal de Saint-Etienne.
Huit lycéens stéphanois ont enfilé la robe d'avocat ou de procureur le temps d'une journée portes ouvertes ce mardi 29 juin au tribunal de Saint-Etienne. © Radio France - Julien Gonzalez

Ce mardi 29 juin, c'était la journée 'Justice portes ouvertes" à l'initiative de syndicats de la justice comme l'Union syndicale des magistrats ou le syndicat des avocats de France. Objectif : faire découvrir la justice. A Saint-Etienne, huit lycéens du Centre Social Alfred Sisley ont pénétré pendant quelques heures une salle d'audience du palais de justice. 

Publicité
Logo France Bleu

Et d'emblée ils ont tous enfilé la robe de l'avocat, du procureur ou du greffier pour mieux se prêter au jeu. Un jeu qui a commencé par un quizz sur la justice : "ce sont les juges qui écrivent les lois ?"," si j'ai été condamné deux fois, est-ce que la troisième fois, c'est prison à vie, est-ce que ça existe dans un pays ?" ou encore "si j'ai commis un crime vraiment atroce, ai-je droit toujours à un avocat ?" 

Sensibiliser et s'opposer à tout un climat de suspicion contre la justice

Un atelier, avec le code pénal comme meilleur ami, pour comprendre des notions comme le vol, le délit ou le crime. Mais surtout interroger la place de la justice dans la société comme l'explique Nelly Pradeau, déléguée de section pour l'union syndicale des magistrats à Saint-Etienne.

loading

"C'est pas tellement la définition des infractions, c'est plutôt les grands principes qui sont quelques fois méconnus ou sur lesquels il faudrait retravailler. L'indépendance des magistrats, la séparation des pouvoirs, ce sont ces questions qui sont peut-être moins abordées ou que les jeunes ont le moins en tête". 

Et l'objectif, c'est aussi de sensibiliser et de s'opposer à tout un climat de suspicion contre la justice. Après des verdicts comme celui de Viry-Châtillon en avril dernier concernant plusieurs jeunes accusés d'avoir brûlé des policiers, la justice a été la cible de critiques. Cette journée spéciale est justement l'occasion d'insister sur l'impartialité de la justice comme le précise Nelly Pradeau.

"Faire passer des messages concernant la justice qui est aujourd'hui en grave danger à cause des querelles politiques dont elle est malheureusement parfois la cible !" - Nelly Pradeau, déléguée de section pour l'union syndicale des magistrats à Saint-Etienne.

loading

"A l'heure d'internet et des réseaux sociaux, on voit à quel point la fausse bonne nouvelle,  le faux verdict même, peut circuler et les interprétations qui en sont faites. Il faut absolument qu'on puisse remettre les choses en perspective, critiquer, dialoguer. Et aussi faire passer des messages concernant la justice qui est aujourd'hui quand même en grave danger, d'une part à cause des manques de moyens et d'autre part à cause des querelles politiques dont elle est malheureusement parfois la cible. Que ce soit l'assassinat de madame Halimi et d'autres, les violences conjugales, on voit qu'il y a beaucoup de thématiques qui sont abordées. Là où on s'inscrit en faux, et là où ça nous semble très dangereux pour notre état de droit, c'est quand on utilise ces affaires-là pour tirer sur la justice alors qu'elle n'est là que pour garantir les droits de chacun et appliquer des textes qu'elle ne vote pas". 

Une séance très instructive pour Amira qui a poussé la porte du tribunal pour la toute première fois ce mardi. Cette élève de seconde au lycée Saint-Michel n'avait pas vraiment d'avis jusque-là mais cet atelier lui a donné une image positive de la justice. 

"Maintenant que je sais comment ça se passe, je serai plus en confiance avec la justice !" - Amira, élève de seconde du lycée Saint-Michel à Saint-Etienne

loading

"C'était une bonne initiative de nous faire découvrir ça parce qu'on avait pas forcément l'occasion, en tant que jeune, de venir au tribunal. Maintenant que je sais comment ça se passe, je sais que je serai plus en confiance : je ne serai pas anxieuse ou apeurée parce que je sais comment ça va se passer !"

Et puis pour d'autres, c'est même l'occasion de faire peut-être naitre des vocations comme pour Kahiss, élève de première au lycée Jean Monnet : "Ca m'intéresse, mais plus du côté de l'avocat. Il défend une personne en bien et en mal. J'espère devenir avocat plus tard !"

Et le mieux après la théorie, c'est le réel ! Les huit lycéens ont assisté à une audience grandeur nature. Au programme : une dizaine d'affaires de vols, d'agressions sexuelles et de trafics de stupéfiants.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu