Faits divers – Justice

Journée mondiale : comment mieux prévenir l'AVC ?

Par Hélène Fromenty, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 29 octobre 2016 à 6:00

Les professionnels de santé sensibilisent le grand public aux AVC.
Les professionnels de santé sensibilisent le grand public aux AVC. © Maxppp - jaboutier

A l'occasion de la journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux, les professionnels de santé se mobilisent pour sensibiliser le grand public à cette pathologie. Avec un objectif : mieux l'anticiper et la soigner.

C'est l'une des principales causes de mortalité en France : 40 000 décès par an... L'accident vasculaire cérébral est une souffrance brutale, souvent provoquée par un caillot de sang qui obstrue une artère et empêche l'irrigation du cerveau. Un AVC survient toutes les quatre minutes.

Des ateliers thématiques

Pour informer et répondre aux questions du grand public, les professionnels de santé de la région se mobilisent. Comme au CHU de Rouen, où plusieurs ateliers thématiques et de la documentation sont proposés.

Eric, 62 ans, est de passage : l'un de ses proches vient d'être hospitalisé suite à un AVC. Alors il en profite pour se renseigner.

"J'aimerais connaître les moyens d'éviter l'AVC, et la récidive. En savoir plus sur l'hygiène alimentaire et sportive qu'il faut avoir pour limiter ce genre de problème." Eric, un visiteur.

Quels risques ?

Les facteurs à risques sont nombreux : hypertension artérielle, diabète, tabagisme, sédentarité, surpoids... Des infirmières, équipées de tensiomètres et de dispositifs de mesure de la glycémie, examinent les passants qui le souhaitent. Sandrine se laisse faire.

"Je viens de déjeuner, donc mon taux glycémique est supérieur à la moyenne. Mais ma tension est normale. Je voulais en savoir plus sur l'AVC, si j'avais des riques, et comment agir. On m'a tout expliqué !" Sandrine, de passage au CHU.

Agir au plus vite

Les symptômes aussi, sont passés en revue. Paralysie du visage, inertie d'un membre, difficultés à s'exprimer ou encore trouble de la vue... Autant de signes qui doivent alerter et être signalés rapidement : plus tôt ils sont détectés, moins le patient aura de séquelles.

"L'AVC est une maladie que l'on sait désormais traiter. Mais il faut agir très rapidement, et appeler le 15 dans l'idéal moins de 4 heures après l'apparition des premiers symptômes." Docteur Audrey Rouiller, neurologue au CHU de Rouen.

En effet, trois personnes touchées sur quatre restent marquées à vie, parfois très lourdement. Aujourd'hui, l'accident vasculaire cérébral est la première cause de handicap chez l'adulte.

Partager sur :