Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jugé à Dijon, il avait été interpellé deux fois en quelques jours avec des cigarettes de contrebande

vendredi 29 juin 2018 à 19:16 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Plus le prix du tabac augmente, plus le trafic de cigarettes de contrebande prend de l'ampleur. Un trafic pour lequel un homme de 31 ans comparaissait ce vendredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Dijon. Les douaniers l'ont interpellé à deux reprises en quelques jours.

La salle d'audience au tribunal de Dijon
La salle d'audience au tribunal de Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon

L'homme a de la suite dans les idées, c'est le moins que l'on puisse dire. Interpellé une première fois le 24 juin, par les douaniers, avec dans sa voiture un stock de cigarettes de contrebande, il avait été laissé libre en attendant son procès en novembre. Mais il a récidivé dans la foulée, intercepté une seconde fois par un équipage des douanes le 28 juin à Brognon sur l'A31, alors qu’il transportait avec un complice un stock de 40.000 cigarettes en provenance de Belgique. Cette fois, il a été jugé en comparution immédiate ce vendredi 29 juin.

Les douaniers copieusement insultés

Dans le box, le prévenu affirme qu'il faisait l'objet d'un chantage d'un individu dont il n'a donné qu'un prénom, et qui l'aurait contraint à transporter des cigarettes moyennant 300 euros par voyage. Chaque cartouche aurait été revendue 30 euros. Il affirme avoir chargé la marchandise à Metz, alors que son jeune complice, un mineur remis en liberté, évoquait plutôt la Belgique et Bruxelles.

En situation irrégulière depuis l'expiration de son visa, ce ressortissant algérien qui réside à Lyon demande à pouvoir rentrer au pays, pour travailler dans la boutique de vêtements de son frère. Mais c'est aller un peu vite en affaire, même si son avocate souligne que c'est une première condamnation et qu'il est éligible au sursis. Très contrarié par cette seconde interception, l'individu s'est en outre rebellé, crachant et envoyant aux douaniers une bordée d’injures," nique ta mère", "nique la France", "cochons", "tête de zob". Il leur a même d'ailleurs exhibé le sien, sans oublier des doigts d'honneur, et le fait qu'une fois en cellule, il l'a saccagée.

4 mois de prison ferme et plus de 28.000 euros d'amende

Ça fait beaucoup pour le procureur, qui réclame une peine de 18 mois de prison. Le tribunal, plus clément, le condamne à 4 mois de prison ferme, avec mandat de dépôt, une amende de 28.000 euros, correspondant au double de la valeur marchande du tabac, ainsi qu’une amende douanière de 450 euros.