Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jugé au Mans pour viol et agressions sexuelles, l’entraîneur de rugby dénonce un « complot »

vendredi 14 septembre 2018 à 10:00 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Au 2e jour de son procès devant la Cour d’Assises de la Sarthe, l’ancien entraîneur de rugby de La Ferté Bernard a été interrogé pour la première fois, après la déposition de l’une des deux plaignantes, l’accusant d’agression sexuelle. L’homme a nié en bloc, dénonçant un "complot pour de l'argent"

Le deuxième jour du procès est consacré aux accusations d'agressions sexuelles.
Le deuxième jour du procès est consacré aux accusations d'agressions sexuelles. © Radio France - Bertrand Hochet

Le Mans

« C’est faux ! », lance l’accusé, déterminé à ne pas en dire plus. « C’est assez lapidaire », lui fait remarquer le président de la Cour d’Assises, exigeant alors des précisions sur les accusations d’agressions sexuelles portées par l’une des deux plaignantes. L’ancien entraîneur de rugby est contraint de s’expliquer. D’abord à propos des claques sur les fesses : « rien de sexuel, c’était pour les encouragements ». Sa présence, parfois, dans le vestiaire des filles ? : « oui mais toujours en frappant avant d’ouvrir la porte ». Regarder les filles sous la douche ? « Elles mentent ! ». Des propositions déplacées à caractère sexuel ? « C’est faux ». Un film pornographique visionné chez vous ? « C’est vrai mais c’est mon fils qui l’a mis et j’ai demandé qu’il soit arrêté ».
 

TEMOIGNAGE | "Aujourd'hui encore, j'y pense tout le temps" 

Alors pourquoi ? Pourquoi ces accusations, interroge le président de la Cour d’Assises ? C’est « un complot » pour « obtenir de l’argent », assure l’accusé. Le magistrat pose et repose les questions. L’accusé campe sur ses positions. Alors le magistrat résume : « pour vous, il ne s’est rien passé, sauf la vision fugace d’un film porno à votre domicile. S’il y a eu des contacts, c’était involontaire, dans le cadre du jeu ». Pourtant, relève-t-il, « les déclarations des uns et des autres disent quasiment toutes le contraire ». Un « complot », répète l’accusé. 

LIRE AUSSI | L'entraîneur de rugby décrit comme « passionné », « calme » et « généreux »