Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jugé devant les assises à Bordeaux pour avoir tué pour une dette de 10 000 euros

lundi 28 novembre 2016 à 4:00 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

La cour d'Assises de la Gironde juge cette semaine un Girondin de 36 ans, poursuivi pour assassinat. Accusé d'avoir tué puis brûlé le corps d'une de ses connaissances en août 2012 à Coirac, pour une dette de 10 000 euros.

La cour d'Assises de la Gironde
La cour d'Assises de la Gironde © Radio France - Stéphanie Brossard

C'est le père de la victime qui avait donné l'alerte fin août 2012 n'ayant plus de nouvelles de son fils depuis 15 jours. Il s'était présenté au commissariat de Cenon pour signaler la disparition de ce quinquagénaire de 50 ans domicilié à Floirac. D'une enquête pour disparition, les investigations ont rapidement basculé vers ce meurtre.

Un acte prémédité pour une dette entre deux compagnons de poker ?

L'accusé, un Girondin de 36 ans, est poursuivi pour assassinat, soupçonné d'avoir tué, puis brûlé le corps (et fait disparaître la voiture de sa victime), en août 2012 chez lui à Coirac dans l'Entre-Deux-Mers.

La victime est une de ses connaissances, un habitant de Floirac à qui, il devait de l'argent : une somme d'origine douteuse, que lui avait confié sa future victime. 10 000 euros (en billets de 500), soit d'un vol, soit de parties de poker, la passion commune des 2 hommes, ex-collègues, sans travail et sans ressources au moment des faits.

La procédure a démontré que la victime cherchait depuis plusieurs semaines à récupérer l'argent. Ce 12 août 2012, énervé selon des témoins, la victime s'est rendue à Coirac. Que s'est-il passé ? L'accusé reconnaît l'avoir tué, mais évoque une discussion qui a mal tournée. Il parle de bagarre, de légitime défense, et de coups donné avec un pistolet utilisé comme matraque. Scénario contesté. Y-a-t-il eu préméditation? Ce sera au cœur du procès. L'accusé n'a-t-il pas plutôt tendu un guet-apens et abattu son ex-collègue avec un pistolet ? Autre point qui interrogent les enquêteurs. L'accusé avait demandé, et s'était vu refuser un prêt bancaire d'un montant de 10 000 euros peu de temps avant les faits.