Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jugé irresponsable, le conjoint violent échappe à la prison

-
Par , France Bleu Creuse

Pas de prison pour l'homme qui avait tabassé sa compagne, le 22 novembre à La Souterraine. Il est jugé pénalement irresponsable. Deux témoins de la scène, qui n'avaient pas bronché, sont condamnés à huit mois de prison ferme.

 le palais de justice de Guéret
le palais de justice de Guéret © Radio France - Sophie Peretti

Un homme de 27 ans a comparu hier devant le tribunal correctionnel de Guéret, pour des coups portés à sa compagne.

A ses côtés dans le box, son frère et son cousin, témoins de la scène, poursuivis pour non-assistance à personne en danger.

Le 22 novembre, dans l’appartement du couple, éclate une violente dispute. L'homme est alcoolisé et se déchaîne sur sa compagne. Il la gifle, la jette au sol, lui tape la tête sur le sol et tente de l’étrangler. Elle parvient à se dégager, à fuir vers la pièce d’à-côté ou se trouvent le frère et le cousin de l’agresseur. Ils ne bronchent pas… et les coups pleuvent à nouveau.

La salle d'audience
La salle d'audience © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Deux heures plus tard, les policiers de Guéret découvrent cette femme de 40 ans, ensanglantée, dans le quartier de la gare. Elle a rallié Guéret en car, tentant de cacher ses nombreux hématomes et ecchymoses.

Les trois suspects sont interpellés. La victime porte plainte, avant de se rétracter. Logiquement, le parquet a engagé les poursuites judiciaires.

"Je ne vais pas me battre avec mon cousin... pour une femme !"

Au sujet de l'agresseur, qui reconnait les faits, le psychiatre est formel : il est schizophrène, donc pénalement irresponsable.

A l'audience, le tribunal se range à l’avis médical. Il ne sera pas condamné, mais hospitalisé de force. Et il a interdiction d'entrer en contact avec la victime durant deux ans.

Les deux témoins de la scène "ne se mêlent pas des affaires de couple". L'un d'eux lance même : "Je ne vais pas me battre avec mon cousin… pour une femme !" La phrase claque, et illustre selon une avocate un "choc des cultures" entre ses clients, issus des gens du voyage, et le reste de la société.

Les deux témoins sont condamnés à huit mois de prison ferme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess