Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Jugé pour avoir lancé "casse toi pauv' con !" à Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Une nouvelle affaire de "casse toi pauv' con !" est jugée ce mardi 6 décembre. Le 25 juillet dernier, lors de la visite ministérielle d'Emmanuel Macron en Mayenne, un jeune Lavallois de 21 ans avait lancé cette phrase devenue un véritable slogan.

Emmanuel Macron à Laval le 25 juillet dernier pour la French Tech
Emmanuel Macron à Laval le 25 juillet dernier pour la French Tech © Radio France - Germain Treille

Le jeune homme avait rapidement été identifié puis convoqué à l'Hôtel de Police de Laval. Clément, étudiant à Rennes, est donc jugé ce mardi pour outrage à une personne chargée d'une mission de service public. Il va plaider coupable dans le cadre d'une CRPC, une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Pourtant, l'avocat du Lavallois avait des arguments pour défendre son client auprès du Procureur de la République.

Comme Hervé Eon en 2008

"Casse-toi pauv' con !", c'est une phrase prononcée à l'origine par Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, au Salon de l'Agriculture en février 2008. Une réplique devenue célèbre notamment suite à sa large diffusion sur internet. Et si en Mayenne on parle beaucoup de cette phrase, c'est que, lors d'une visite de Nicolas Sarkozy quelques mois plus tard à Laval, le militant altermondialiste Hervé Eon avait brandi une pancarte avec le slogan "Casse-toi, pov' con". Et là, c'est le début d'une longue procédure judiciaire : le tribunal correctionnel condamne Eon pour offense au chef de l'État. Puis la cour d'appel d'Angers avait confirmé la condamnation. Le pourvoi en cassation d'Hervé Eon avait ensuite été rejeté, mais en mars 2013, la Cour Européenne des droits de l'homme a condamné à son tour la France dans cette affaire.
Dans l'affaire du jeune Lavallois et d'Emmanuel Macron, les choses ne devraient pas aller aussi loin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu