Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jugées après avoir agressé et menacé de mort une institutrice du Cap d'Agde

-
Par , France Bleu Hérault

Une mère de famille et la grand-mère d'un enfant comparaissent ce mercredi devant le tribunal de Béziers pour violences et menaces de mort. Elles sont suspectées d'avoir agressé, en septembre 2019, une enseignante, qui venait de réprimander l'élève suite à une dispute dans la cour de récréation

L'école Jules Verne à Agde, théâtre de l'agression d'une enseignante lundi dernier
L'école Jules Verne à Agde, théâtre de l'agression d'une enseignante lundi dernier © Radio France - Stéphane Pocher

L’affaire avait fait grand bruit il y a un an. Une enseignante du Cap d’Agde avait été insultée, giflée et menacée de mort par une mère et la grand-mère d'un élève de l’école élémentaire Jules Verne. Les faits se sont déroulés le 28 septembre 2019 dans le bureau du directeur et en sa présence. L’affaire devait être jugée en mars dernier, mais le dossier a été renvoyé à cause de la grève des avocats.

Les prévenues comparaissent ce mercredi 30 septembre devant le tribunal de Béziers. L’institutrice avait filmé cette agression. La vidéo a ensuite été diffusée à son insu.

Les propos avaient été d'une grande violence. Le comportement déplacé. Les deux femmes hystériques ont lynché verbalement leur victime. Des faits dénoncés unanimement par le rectorat et le corps enseignant. Mais l’agression avait été tenue secrète à l'époque pendant trois jours, avant que les syndicats dénoncent finalement le manque de réactions de leur hiérarchie.

La mère n’avait pas accepté que son enfant de 6 ans soit réprimandé par la victime dans la cour de récréation. Ce dernier venait de se disputer avec un autre gamin. Les deux mises en cause, issues de la communauté des gens du voyage, avaient bien eu du mal à expliquer ce déchaînement de haine et de violence.

Au cours de leur garde à vue de 36 heures, les deux femmes ont reconnu les faits. Elles ont présenté des excuses, et expliqué regretter leur comportement. Placées sous contrôle judiciaire, elles avaient interdiction de s’approcher de l’institutrice. 

La mère de l’élève est poursuivie pour violences n’ayant entraîné aucune incapacité totale de travail sur une personne chargée de mission de service public. La grand-mère de l’enfant est poursuivie pour menaces de mort.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess