Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

De la prison ferme à Cherbourg pour deux frères poursuivis pour avoir exploité une femme

Le jugement a été rendu ce mardi au tribunal correctionnel de Cherbourg. Deux frères de 53 et 63 ans ont été condamnés pour avoir réduit une femme à l'esclavage pendant plusieurs années.

Le procureur avait requis de la prison ferme pour les deux frères
Le procureur avait requis de la prison ferme pour les deux frères © Maxppp - Philippe Turpin

Cherbourg, France

Le tribunal correctionnel de Cherbourg a rendu son jugement en délibéré mardi 25 novembre. Deux frères de 53 et 63 ans ont été respectivement condamnés à cinq ans de prison et trois ans, dont un avec sursis. Ils avaient exploité pendant plusieurs années une femme, Michèle, rendue vulnérable par un accident de voiture en 1983. Cette situation avait commencé dans la Somme dès le milieu des années 90 puis, entre 2014 et 2015, dans la Manche, à Picauville. 

Cette femme, aujourd'hui âgée de 70 ans, a servi de bonne à tout faire de la famille. Elle s'occupait des tâches ménagères qui n'impliquent pas de sortir de la maison. "J'avais interdiction de dire bonjour aux personnes qui venaient. J'étais enfermée en haut dès que quelqu'un arrivait", avait -t-elle confié à l'audience.

La victime vivait dans une pièce sans fenêtre avec pour seul meuble, un matelas au sol trempé d'urine. Pas de vêtements, pas de "temps pour se laver" non plus. Les infirmiers qui ont donné l'alerte en 2015 avaient témoigné au tribunal : "Ils s'en servaient comme d'un objet".  

Cinq ans ferme pour le plus jeune

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du procureur qui réclamait cinq ans de prison ferme pour le plus jeune, accusé d'être le principal bourreau de la victime. La partie civile évoquait des coups, des insultes et des relations sexuelles contraintes. 

L'homme de 53 ans avait également été accusé de lui avoir volé sa carte bleue, sa carte d'identité et son chéquier. En 2014, 46.000 euros avaient été dépensés en quelques mois. La victime avait hérité cette somme de ses parents. Elle ne l'a jamais su. 

Jusqu'à sept personnes vivaient parfois dans la maison. Le frère aîné y était notamment resté six mois, mais il n'a rien vu. Il ne s'était pas inquiété des traces de coups ou de la nouvelle Mercedes de son frère, pourtant sans revenus. "Il a participé, profité" de la fragilité de la victime, avait estimé le procureur.

"Ce dossier est la démonstration d'une servitude portée à son paroxysme" avait conclu le magistrat durant l'audience. Le président du tribunal avait affirmé : "Si on met tout cela bout à bout, on arrive à un cas d'esclavage moderne." Un motif que n'a pas retenu le tribunal pour l'aîné des deux frères.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu